Un bruit blanc naturel pour vos oreilles : les bougies hopi

Un bruit blanc naturel pour vos oreilles : les bougies hopi


Devant certains troubles physiques, la médecine moderne, pourtant capable de véritables prouesses pour nous soulager, est quelque fois démunie face à certains (nouveaux) maux. C'est le cas des troubles qui ne sont pas à proprement parler des maladies, comme pour les difficultés de sommeil et les tinnitus. Mais les problèmes d'acouphènes et le sommeil, aussi nombreux qu'handicapant, sont à considérer sérieusement : ils provoquent des désagréments et nuisent grandement au bien-être, tout en sapant insidieusement la santé. 

Face à un problème d'acouphène, il est même possible que l'on vous ait dit que vous somatisiez, que vous l'inventiez et que vous n'aviez rien !

Quand on sait que une grande majorité de pathologies sont indirectement liées au stress, il est clair que la réponse à apporter, à une personne en souffrance, demande une prise en compte de tous les facteurs qui participent à cet état et qui altèrent sa santé. Face à des malaises où la médecine ne trouve pas de réponses ou de traitements adaptés, ni de prescription à même de soulager les maux, et lorsque les examens ne révèlent aucune lésion ni rien d'observable ou de démontrable scientifiquement, le patient continue à souffrir en silence et dans le plus grand désarroi, s'éloignant petit à petit de l'état de bien-être et de bonheur, avec un sentiment de résignation et de fatalité.

Les idées les plus simples sont souvent les meilleures :

Face au stress, aux acouphènes et aux troubles du sommeil, la bougie hopi vous apporte son cadeau naturel : le bruit blanc !

1 ) Acouphènes et troubles du sommeil

2) Médecine ancestrale naturelle : les bougies Hopi

3) Les bougies hopi : description et mode d'emploi

1 ) Acouphènes et troubles du sommeil

Si vous avez des troubles du sommeil ou des acouphènes, et que vous subissez des désagréments qui peuvent à terme avoir des conséquences très graves sur la santé et sur la vie sociale et professionnelle, vous allez pouvoir avec les bougies hopi, d'une part faire baisser le niveau de stress, et d'autre part, grâce au bruit blanc, agir de manière fréquentielle par effet de résonance.

Les troubles du sommeil

Ce qui est notable, c'est que ces troubles sont en augmentation constante dans notre société et touchent de plus en plus d'individus. Pour les insomnies, c'est environ 30% de la population, parmi ceux là, 1/3 souffriraient d'insomnie chronique sévère.

Les recherches dans ce domaine sont relativement récentes. Elles suivent les progrès des neurosciences. Aujourd'hui, la réponse médicale est bien souvent d'ordre chimique au travers des nombreux médicaments, principalement des hypnotiques et antidépresseurs. Ces médicaments qui agissent sur les composés chimiques et les hormones sont efficaces, mais leur prise sur le long terme limite les capacités du corps à s'auto-réguler et peuvent créer un effet de dépendance et d'autres effets secondaires indésirables. Par ailleurs, ces médicaments qui régulent la production d'hormones, s'ils sont arrêtés brutalement peuvent provoquer de graves dysfonctionnements dans la chimie interne et le système endocrinien.

Heureusement, aujourd'hui les médecins s'ouvrent de plus en plus aux pratiques ancestrales comme le yoga, la méditation et les médecines dites parallèles ou alternatives. Le lien entre l'esprit et le corps commence à devenir une évidence pour le corps médical en écho aux orientaux et aux cultures très différentes qui ont gardé une vision plus globale de la santé.

Pour les troubles du sommeil, il y a un nombre de facteurs très importants à considérer, en voici quelques uns :

- Stress, difficultés et pensées obsédantes, blocages émotionnels
- Dérèglement ou non respect de l'horloge interne et des bio-rythmes
- Exposition aux écrans et technologies
- Douleur et troubles physiques
- Monde bruyant dans lequel on vit (surtout dans les villes)

Les acouphènes

Depuis l'ère industrielle et l'invention des moteurs à explosion et de toutes sortes d'appareils électriques et électroniques , notre environnement sonore s'est considérablement modifié. Ce qui nous échappe parfois c'est que cela s'est fait sur un temps très bref à l'échelle de l'humanité et que cela croit de façon exponentielle. Y-aurait-il un lien entre cet état de fait et les troubles de l'audition appelés acouphènes ?
Les acouphènes sont des sifflements, grésillements, claquements ou bourdonnements qui sont continus ou apparaissent de manière intermittente dans l'oreille. Ils peuvent être très violents et peuvent être liés à une perte ou une baisse de l'audition.

Les acouphènes peuvent aussi résulter de nombreux facteurs, comme ces quelques exemples :

- Chocs qui auraient déplacer certains des petits os de l'oreille, traumatismes crâniens
- Lésions due à l'exposition à des niveaux sonores trop élevés (baladeurs, outils et engins de chantier, boîtes de nuit, etc...)
- Attitude mentale (replis sur soi, difficulté à entendre ou écouter les autres...)
- Causes psychologiques (choc émotionnel, fatigue, anxiété...)
- Choc post traumatique
- Maladies circulatoires et troubles vasculaires
- Infections et otites, virus
- Etc...

Dans le cas des acouphènes, la majorité sont indétectables hormis pour la personne qui en souffre. En France, on compte environ, 3 millions de personnes qui se plaignent d'acouphènes permanents. C'est seulement dans une petite partie des cas qu'ils peuvent être perçus par les médecins grâce à leurs appareils.

Aussi, il n'existe pas de médication à proprement parler qui puissent y remédier directement. Les médicaments prescrits sont des vasodilatateurs, des anxiolytiques et des antidépresseurs, avec les mêmes types de conséquences que pour les troubles du sommeil. Heureusement, dans ce cas aussi, l'acupuncture, la relaxation, la cohérence cardiaque ainsi que les thérapies cognitivo-comportementales commencent à être prises en compte par les médecins comme des moyens de soulager voir de guérir ces troubles.

Ce qui caractérise les acouphènes et les troubles du sommeil c'est qu'ils peuvent avoir une multitudes de causes autant physiques, qu'émotionnelles, ou liées à notre état mental. Du coup il n'est pas facile de rechercher l'ensemble des causes de ces troubles et d'en comprendre le mécanisme. C'est souvent un cocktail de causes différentes qui amène à vivre ces pathologies. Penser la globalité de l'être permet souvent de mieux cibler la cause.

Pour les acouphènes et les problèmes liés au sommeil, les troubles sont difficiles à évaluer par les médecins et de ce fait la réponse à y apporter est difficile à mettre en œuvre. D'autant que ce sont des domaines de recherche dans lesquels les connaissances scientifiques sont récentes et sont en cours de développement. Pour les personnes atteintes d'acouphènes et de troubles du sommeil, le problème grandit à mesure qu'il ne peut être traité. L'angoisse qu'ils génèrent accapare l'attention et leur donne une place de plus en plus grande au quotidien. C'est un cercle vicieux qui entraine inexorablement les personnes les plus fragiles à se sentir impuissantes.

Ce sentiment d'être démuni devant certains troubles est aussi liés à notre société moderne et ses modes de fonctionnement. Nous n'avons encore que peu de recul sur certaines solutions récentes alors qu'aujourd'hui de nouvelles pathologies qui n'existaient pas il y a quelques décennies sont bien en train d'émerger.

Quand on sait que la grande majorité des pathologies sont liées au stress qui dégrade l'organisme, on comprend pourquoi les scientifiques portent de plus en plus d'intérêts aux médecines dites parallèles et aux pratiques alternatives, comme la cohérence cardiaque par exemple.

2) Médecine ancestrale naturelle : les bougies Hopi

De la médecine contemporaine à la médecine ancestrale, vers une médecine intégrative...

Si la seule réponse aux troubles du sommeil réside dans les somnifères, on comprend le désarroi des patients. D'autant plus que bien souvent les médicaments vont pouvoir agir de manière efficiente sur les symptômes et moins sur les causes des maladies. Et parfois, nous ne possédons pas toutes les clefs de compréhension de nos états.
C'est alors le moment de se concentrer sur ce que l'on peut faire pour améliorer sa santé, et de porter son attention sur des pratiques de bien-être se recentrer sur l'instant présent plutôt que sur le passé et ainsi activer sa capacité à devenir l'acteur de sa guérison ici et maintenant.

Aujourd'hui, si on met en œuvre la rationalité scientifique dans notre façon d'aborder la santé, en se basant sur toutes les plus récentes recherches, le bon sens amène à considérer les techniques ancestrales et traditionnelles de soins de nombreuses cultures, comme complémentaires de notre médecine occidentale. En effet, de plus en plus de scientifiques et médecins de renom vantent les bienfaits de la méditation, des médecines chinoises ou indiennes, et de nombreuses techniques de soin millénaires. Ils les utilisent de plus en plus fréquemment dans les hôpitaux avec des résultats très encourageants ainsi que de très bons bilans en matière d'économies budgétaires.

Les bougies Hopi, une solution bien-être pour le sommeil et les acouphènes

Pour les personnes qui souffrent de troubles du sommeil et/ou d'acouphènes, voici un outil utilisé depuis des millénaires dans plusieurs parties du monde, dans l'ayurvédisme et chez les indiens d’Amérique : les bougies hopi. C'est une solution naturelle, non médicamenteuse, qui mérite d'être essayée. Elle est utilisée depuis des siècles et présente de nombreux aspects intéressants.

Ces bougies que l'on place dans les oreilles génèrent un bruit blanc qui est directement diffusé au plus près de l'oreille. Les bruits blancs naturels favorisent endormissement et  détente. Les BRUITS BLANCS NATURELS sont une solution simple, peu couteuse et sans effet secondaires pour lutter contre l'insomnie. (Voir article sur les bruits blancs : ici) Utilisés dans le cas d'acouphènes depuis plus de 40 ans, les bruits blancs permettent d'en atténuer la perception et donc de soulager la personne qui en souffre. Le bruit blanc agit par effet de résonance, il diffuse toutes les fréquences auditives simultanément. Certaines études mettent en garde par rapport à l'utilisation de bruit blanc non naturel et non structuré : préférez donc des bruits blanc naturels tel que le son de l'océan, du vent, du feu... ou le son des bougies Hopi !

Ce bruit blanc créé par l'effet de la combustion rappelle celui d'un feu de bois dans une cheminée, c'est un ronronnement doux et régulier qui apporte un sentiment de sécurité. Porté au plus près de l'audition, car tout proche de l'oreille, il facilite l'intériorisation et permet de replacer son attention dans son corps, par une perception plus intense du son à l'intérieur de soi. La vibration de l'onde sonore est non seulement transmise par le conduit auditif avec tous les mécanismes habituels de l'écoute, mais en plus la vibration touche directement les zones de l'oreille interne et du cerveau, agissant comme un massage.

Si on se base sur la médecine chinoise, un certain nombre de méridiens d'énergie qui correspondent aux organes, passent dans cette zone de l'oreille (vésicule biliaire, estomac, triple réchauffeur, intestin grêle). Ainsi, agir sur l'oreille est un moyen d'agir sur l'ensemble du corps. L'élément feu est en rapport avec plusieurs systèmes d'organes (cœur et intestin grêle, maitre cœur et triple réchauffeur). En auriculothérapie et acupuncture, l'oreille est liée à toutes les autres parties du corps et contient près de 200 points d'énergie. Dans la vision indienne et bouddhiste trois centres d'énergies appelés chakras se trouvent en proximité immédiate de l'oreille, celui de la gorge, celui du front appelé 3ème œil et le chakra coronal. Celui auquel est lié l'ouïe est celui de la gorge, à la base du cou, appelé Vishudda, en connexion avec la glande thyroïde. Il correspond à la communication et la capacité d'expression.

Les bougies hopi vous permettent de vous ouvrir à de nouvelles pratiques de soin et de vous faire du bien, à moindre cout et sans risque : alors essayez-les et faites-vous votre propre expérience d'instant zen.

3) Les bougies hopi, description et mode d'emploi

Ces bougies sont composées de cônes de coton creux (ou de lin) d'environ 20 cm de long, imprégnés de cire d'abeille et d'extraits de plantes médicinales.
On nomme ces bougies ainsi car elle auraient été inventés par la tribu Hopi en Arizona. Cependant il apparaît que ce type de bougies soit utilisé dans de nombreuses parties du monde, notamment dans l'ayurvédisme en Inde.
Les pratiques ancestrales voir chamaniques qui consistent à soigner avec des fumigations sont nombreuses et datent de la préhistoire. Elles relèvent de la médecine traditionnelle et de l'utilisation de plantes médicinales et sacrées. Elles sont en lien avec l'élément feu.

Comment ça marche ?

Aujourd'hui on trouve ces bougies facilement dans les magasins diététiques et dans les magasins de produits biologiques qui sont de plus en plus répandus sur notre territoire. Plusieurs marques se partagent le marché.
Ces bougies ne servent plus à envoyer de la fumée dans les oreilles comme certaines techniques de nos ancêtres. Leur principe est de créer une légère aspiration due à la combustion qui permet d'extraire en douceur les impuretés qui obstruent l'oreille, notamment dans le cas de bouchon de cérumen. La chaleur douce parvenant dans le conduit auriculaire va permettre de décontracter les muscles temporaux et frontaux, tout en stimulant le système auditif et de nombreuses parties du cerveau.

Le doux crépitement de la combustion est un bruit blanc qui agit au plus près des oreilles, car il est généré à l'intérieur même du conduit de la bougie.
Ce procédé agît sur le système d'équilibre relié à l'oreille interne et les nombreux points réflexes présents à l'extérieur, et sur le pavillon de l'oreille. Les recherches médicales sur l'auriculothérapie nous enseigne qu'il y a plus de 200 points correspondants à chaque partie du corps et aux zones du cerveau, dans cette région très innervée de l'oreille. Aujourd'hui la science médicale reconnaît et utilise cette discipline dans de nombreux cas comme le traitement de certaines douleurs aiguës et chroniques.

Voici ce que l'utilisation de bougies Hopi va favoriser :

- Dégager les sinus
- Dans certains cas éliminer les bouchons de cérumen
- Réactiver la sécrétion et l'écoulement naturel du cérumen
- Soulager les acouphènes (grâce au bruit blanc naturel généré par la flamme)
- Drainer le canal lacrymal
- Détoxifier les voies aériennes en stimulant la circulation lymphatique
- Soulager certaines migraines
- Stimuler les points d'énergie
- Faire disparaitre certains vertiges
- Provoquer une détente profonde et ainsi lutter contre le stress
- Régler certains problèmes auditifs
- Améliorer l'équilibre

Comment les utiliser ?

  • Après s'être confortablement installé, allongé sur le côté, il suffit d'introduire la base de la bougie dans le conduit de l'oreille et d'enflammer l'autre extrémité.
  • Prenez soin de ne pas pas enfoncer trop profondément la bougie Hopi pour ne pas abimer le tympan.
  • Un disque recouvert d'aluminium permet d'éviter que de la cire chaude ne tombe sur l'oreille.
  • Il est recommandé de traiter successivement chacune des oreilles, cela dure maximum une dizaine de minutes par oreille.
  • Ensuite, il est bon de rester allongé pendant quelques temps et profiter pleinement des bienfaits de cette pratique.
  • Il n'y a pas de posologie précise quand à l'utilisation de ces bougies, mais certains préconisent de le faire à quinze jours d'intervalle pour commencer puis environ une fois par mois.
  • Bien entendu, il est recommandé de faire cela à deux. D'une part cela évite le risque de brûlure et les dangers liés au feu. D'autre part, la personne allongée peut plus facilement se laisser aller dans sa relaxation, en même temps que l'autre surveille la combustion de la bougie et l'éteint dans un verre d'eau lorsqu'elle sera réduite à 6 cm.

Sur Internet, on trouve des promoteurs de cette pratique mais aussi des détracteurs. Les arguments avancés, c'est que dans la majorité des cas, l'oreille se nettoie toute seule et que le cérumen est important pour le système auditif, qu'il entretient et protège. L'autre argument est qu'il n'existe pas d'étude scientifique prouvant l'efficacité de ces bougies. Par contre, depuis plus de 40 ans, il existe des traitements pour l'acouphène avec les bruits blancs (c'est d'ailleurs un marché très répandu sur internet). Mais préférez des bruits blancs naturels pour le sommeil, les acouphènes ou la détente : comme les bougies Hopi, les sons du vent, de l'océan, du feu... et les bruits blancs naturels des guides respiratoires auditifs pour pratiquer la cohérence cardiaque. Ces derniers vous permettent d'entendre de la musique, des bruits blancs naturels et structurés (dans tous mes albums de guides respiratoires auditifs pour pratiquer la cohérence cardiaque) et de bénéficier de la cohérence cardiaque, elle-même conseillée pour le sommeil, les acouphènes et le traitement du stress !

Les techniques de soins utilisées par nos aïeux reviennent à la mode et bénéficient d'un regard plus ouvert de la communauté scientifique qui les utilisent en complément de techniques modernes. La médecine de demain, souhaitons-le, sera une médecine intégrative. Et si c'était cela, le chemin de l'avenir : une science en pleine conscience, au sein de laquelle les techniques les plus avancées côtoient les plus ancestrales pour notre plus grand bien...

En résumé, avec les bougies Hopi vous vous offrez, en duo, un moment relax, agréable, au son du crépitement du feu, bruit blanc apaisant et soignant, et vous améliorez en même temps votre état de détente, votre sommeil et agissez d'une manière naturelle sur vos acouphènes...

Ps, Inscrivez-vous sur le blog pour recevoir des conseils, des sons et des musiques adaptés à votre bien-être et votre développement personnel; Vous recevez pour commencer : 10 minutes de musiques harmonisantes offertes avec bols tibétains, instruments vibratoires et... bruit blanc naturel...

Et pour en savoir plus sur les bruits blancs naturels, cliquez ici!


Mandalas Gratuits et Cadeaux Cohérence Cardiaque & Musique

Le moment unique pour recevoir des cadeaux, c'est maintenant...

3 éléments à télécharger :

Mandalas

Guides pour la cohérence cardiaque, avec conseils pour bénéficier des guides respiratoires auditifs.

Influence de la musique, comment la musique peut-elle soigner.

Mandalas Gratuits

Voici 2 mandalas offerts, pour vous familiariser aux mandalas et vous initier aux bénéfices de la synergie Mandala/Cohérence Cardiaque. Ce sont des mandalas de Nathalie Chappé, qui a notamment réalisé des magnifiques mandalas en lien avec l' album Cœur Symphonique pour pratiquer la cohérence cardiaque et l'album Voyage sonore 432.

Grâce au mandalas nous pouvons nous recentrer et apporter plus de couleur dans notre vie. De la rosace chrétienne au mandalas bouddhiste, c'est une représentation symbolique de l'homme et du cosmos qui nous ramène à l'essentiel, à notre être profond. Forme et couleur s'unissent au travers de leur vibration pour nous offrir un support de guérison et de bien être. Ici vous trouverez deux exemples dont le premier vous amène à vous connecter à l'univers aquatique, en lien avec nos émotions et avec l'eau qui nous compose en majorité. Le deuxième est en lien avec l'énergie du matin, de l'est et de la montée de la lumière.

Ces 2 mandalas offert on été créé en lien avec les pistes de l'album Cœur Symphonique. A télécharger, et à imprimer à volonté !

Cliquez ici : MANDALAS de Nathalie Chappé en cadeaux

Découvrez tous les mandalas de Nathalie : ici

>

Cohérence Cardiaque & Musique

Vous trouverez dans ce petit guide, les éléments essentiels sur les bienfaits de la musique et de la cohérence cardiaque, et leurs intérêts pour la santé. Pour compléter cela, un guide complet sur les différents albums dédiés à la cohérence cardiaque, comment les utiliser, quels morceaux pour quel besoin. Enfin vous y trouverez de nombreuses pistes à explorer pour aller plus loin et poursuivre un magnifique chemin vers plus de bien être, avec les fréquences sacrées, la ronronthérapie et l'accordage en la 432 Hz.

  Cliquez ici : PDFSynergietransformationnelle E=MC2

Influence de la Musique sur l'être

Afin de découvrir tout ce qu'il y a à savoir sur les propriétés des sons et de la musique, voici un document qui recoupe une partie des recherches qui ont inspiré mon travail, synthétisé pour pouvoir être accessible et compris facilement. Des sagesses ancestrales aux sciences modernes, les pistes d'explorations sont nombreuses, mais au final tout se rejoint au travers de la musique, là où cessent les discours et où la vibration se met en œuvre pour notre plus grand bien. Quand notre mental se met à comprendre ce que notre corps ressent, ils partagent à nouveau l'unité dans l'harmonie.

 

Cliquez ici : HarmonieparlamusiqueSI2018

 

Agréables découvertes sonores...

 

Ps, en vous inscrivant sur le blog, d'autres cadeaux musicaux et sonores vous attendent. A bientôt !

 

Image haut de page : mandala de Nathalie Chappé

Aborder sereinement les bonnes résolutions

« Le plus grand voyageur n’est pas celui qui a fait dix fois le tour du monde, mais celui qui a fait une seule fois le tour de lui-même. » Gandhi

Nous nous souhaitons traditionnellement nos meilleurs voeux au commencement d'une nouvelle année civile et d'un nouveau cycle solaireTous nos espoirs sont dans l'année qui s'annonce : on projette de recevoir tous les bienfaits et bénéfices de l'année à venir, qu'elle nous apporte joie, amour, paix, santé et prospérité. Au fur et à mesure que l'on s'éloigne de l'année passée, prendre de la distance avec nos ratages et nos échecs du cycle précédent est nécessaire pour faire de la place à du meilleur. Au fond de nous, nous savons tous qu'il convient de changer des choses en profondeur pour que ce que l'on souhaite puisse se réaliser. C'est le moment de changer de peau, et de faire peau neuve.

Comme il est de tradition, c'est le cortège des bonnes résolutions : La farandole des objectifs que l'on se fixe afin de vivre mieux, d'être en bonne santé, d'arrêter les habitudes et comportements qui nous nuisent ou qui nous font souffrir. Souvent nos résolutions de début d'année sont ambitieuses... Au moment où nous les formulons, nous y croyons dur comme fer et parfois, grisé par les bulles de la soirée de réveillon, on espère décrocher la luneEn s'y engageant de tout cœur et à force de persévérance, nos bonnes intentions seront récompensées, mais il faut reconnaître que si elles ne sont pas suivies d'effet cela nous incombe. Si on est dans ce cas, on peut se questionner sur notre manière d'aborder les résolutions.


Aborde-t-on cette question de manière positive ?

La première question que l'on peut se poser est la formulation même de ses vœux et résolutions. Disons-nous une phrase qui contient une négation : « cette année j'arrête de... » ou « je ne ferais plus cela » ?
Ou abordons-nous cette question de manière plus positive : « cette année je choisis de... , cette année je "voeux" être, faire, avoir...» ?

La manière de formuler ses souhaits et résolutions est très importante car nos pensées émettent un champ vibratoire qui en retour influence notre cerveau. Insérer des négations dans ses résolutions revient à bloquer le processus ou favoriser le contraire de ce que l'on souhaite.

D'autre part nous pensons aussi que le résultat de notre résolution doit être immédiat. Dès le 1er janvier, comme par enchantement nous nous réveillons différents, comme si le passage à l'année suivante allait nous permettre de changer d'un seul coup. C'est oublier que le changement, même s'il peut être immédiat demande un processus de maturation, un processus de création.

Et qu'en est il de l'égo, du mental et de toutes les réactions émotionnelles. Prenons-nous en considération l'ensemble des paramètres et les différentes parties de nous-même qui peuvent s'associer à notre démarche afin que nos intentions aient toutes les chances de réussite.

Souvent avec ses bonnes résolutions, on se met trop la pression, car cela représente un défis de taille. Défis que nous ne sommes pas forcément en mesure de pouvoir relever en l'état. En cas d'échec, on sombre dans l'auto-flagellation, on perd la confiance en soi et le doute s'installe en nous sur la possibilité de se changer. C'est à ce moment que nous ressentons de la culpabilité vis à vis de soi pour ne pas avoir réussi. Petit à petit la peur de l'échec s'en mêle avec son pouvoir auto-limitant. C'est un cercle vicieux qui favorise la stagnation. Est-ce un cadeau à se faire que de commencer l'année par un échec, une dévalorisation de soi et une perte de confiance en ses capacités?

Il est possible de voir les choses autrement, et de pouvoir se donner des ailes plutôt que de foncer dans le mur !

Il est nécessaire de changer de paradigme, et de trouver une autre méthode pleine de joie et de motivation, source d'inspiration et d'ouverture !

Voilà 3 pistes pour aborder autrement cette question :

1) RESSENTIR

Prendre le temps de ressentir ce que cela fait, en soi : Y a t il de la joie? Quelles sont les résultantes? Personnellement, pour les proches, pour les autres, pour la planète? C'est une façon de nourrir d'énergie nos pensées, comme faire le plein d'un véhicule avant un voyage.

Nos pensées ont un impact non seulement sur notre état mental et psychologique mais aussi sur le physique, sur notre santé et sur la stimulation de notre corps et de notre cerveau. D'autre part, elles agissent aussi dans l'invisible, ce sont des ondes que l'on envoie à l'univers et qui nous reviennent, comme le pensent les scientifiques qui étudient la physique quantique et les anciens qui pratiquent les sagesses ancestrales de tous les continents. Nous sommes inter-reliés, nous créons notre réalité par la manière que l'on a de percevoir le monde.

Dans cette optique, nos bonnes résolutions agissent comme un appel de soutien à l'univers, comme une prière. Certains disent que la prière est une demande, mais en réalité, c'est également de se mettre en situation de réception, dans l'énergie et la joie de ce que l'on souhaite voir arriver. Ainsi on nourrit d'énergie cette pensée. Elle apparaît et devient présente dans la conscience puis ensuite, peut se matérialiser dans la réalité physique. Aussi, si on ne sait pas ce qui est bon pour nous, l'idée qui nous procure le plus de joie et de bien être sera certainement la bonne.

C'est cela qui nous est donné : de mettre en marche notre pouvoir créateur! A partir d'une pensée positive, s'installer dans un état de réception de ce que l'on projette, comme si c'était déjà là, avec les sensations, émotions et sentiments que cela nous procure. Profitons qu'il nous soit possible d'explorer, et d'imaginer comment on se sentirait une fois cette résolution réalisée et, de ce que l'atteinte de cet objectif aura comme résultante autour de nous, dans notre entourage proche et plus lointain, puis plus largement encore si c'est le cas pour la nature, la planète etc... Ainsi, on s'installe dans l'énergie de cette résolution et on se trouve de fait déjà dedans. C'est une manière de se « programmer » positivement à la réussite de sa résolution, et à son pouvoir de création. Car il est bon de se rappeler à quel point nous sommes créateurs de nos vies et de la manière dont on perçoit chaque événement qui nous arrive. Bien évidement quand il s'agit de s'installer dans une nouvelle dynamique de changement, il est nécessaire de faire preuve de patience et d'indulgence.

La musique et la respiration sont un soutien pour ressentir, pour visualiser et imaginer notre futur rêvé. Ecouter des musiques apaisantes, méditer, respirer en cohérence cardiaque aide à y voir clair et à développer notre intuition pour élaborer nos choix de vie. Pour changer de référentiel de vie, il est intéressant de changer de référentiel fréquentiel sur le plan sensoriel: en se synchronisant à d'autres fréquences, d'autres idées surviennent. Pour cela, préférez des musiques accordées au la 432 Hz, écoutez des musiques avec instruments acoustiques et fréquences sacrées, ronronhérapie, bruits blancs, respirez avec des guides auditifs pour bénéficier de la cohérence cardiaque et de son influence importante sur la santé.

2) SE DONNER LE DROIT

Autorisez-vous avec bienveillance de ne pas y arriver tout de suite : nous sommes en processus, en apprentissage. Nous avons besoin de temps. Il nous faut déjà desserrer le frein à main avant de pouvoir s'élancer. On a tous essayé de mettre en place des résolutions dès le 1er janvier, en y parvenant parfois, mais bien souvent on baisse les bras et laisse de côté ces bonnes intentions.

Alors pourquoi se rajouter une contrainte de temps ? Pourquoi penser que l'on peut changer du tout au tout, passé minuit dans la nuit du 31 décembre au 1er janvier? Cela nous ajoute une pression supplémentaire. Prenons le temps d'apprendre à nous aimer et à se regarder tel que l'on est, surtout dans nos aspects les moins reluisants. Prenons le temps de prendre conscience qu'il y a des choses à changer en nous.

Au moment où l'on se met à se résoudre de changer son mode de fonctionnement, se donner de l'amour et du respect va faciliter la tâche. Cela permet de capitaliser des points de confiance en soi et de ne pas se mettre en échec dès le commencement de l'année en visant des objectifs trop ambitieux.

Se donner de la bienveillance, se donner un temps cohérent pour réaliser ses besoins, laisser se dérouler le processus de manifestation tout en avançant pas à pas, sont des clés indispensables à la réalisation durable de nouveaux objectifs.

Se synchronisez avec la nature. Pourquoi traditionnellement faire nos vœux et entamer nos nouvelles résolutions à cette période du début de l'année? C'est le moment de l'année durant lequel les jours commencent à grandir petit à petit ; c'est le retour de la lumière. Regardons un instant les arbres. Après la période hivernale de maturation, il y aura une montée de sève, qui amènera le bourgeon à fleurir, puis cela donnera un fruit et une graine. S'identifier à la nature permet de s'inscrire dans le cycle solaire de la vie.
En retrouvant sa place dans ce cycle on est davantage soutenu par les énergies naturelles et leurs flux.

La volonté est le point de départ, mais celle ci à besoin de la force d'amour et de l'intelligence pour donner ses plus beaux fruits. Soyons conscient que c'est un processus complexe, un feu qui demande d'être entretenu et veillé afin qu'il puisse rayonner sa lumière dans nos vies.

3) ORGANISER ET AGIR

Agir par amour pour soi, en conscience.

Quand on s'installe dans une dynamique de changement, il est important de s'interroger sur la finalité. Pourquoi agit-on ? Qu'est ce qui nous met en mouvement pour que l'on essaye de mettre en place des bonnes résolutions ? Est-ce pour soi ou pour les autres ? Pour découvrir cela, il nous faut descendre dans son intériorité, regarder ses faiblesses et ses difficultés avec tendresse pour transformer son obscurité en lumière, ses problèmes en occasions de grandir.

Faire coïncider la mélodie avec le tempo. Suivant le moment, les bonnes intentions ne produisent pas forcément les effets souhaités. Il est intéressant de réfléchir à cette question du timing. Comment choisir les bons moments pour l'action? C'est ce que les grecs appellent Kairos. Kairos est le Dieu de l'opportunité. Il y a un temps durant lequel les choses sont favorables et peuvent nous sourire. A un autre moment, la même action peut avoir un effet très différent, voir inopportun.

Aller de l'intérieur vers l'extérieur. L'intention nait au plus profond de nous même pour aller se matérialiser ; c'est un processus digne de l'alchimie. La volonté vient d'une source au plus profond de nous même. C'est à nous de la faire jaillir afin d'irriguer nos actes. C'est se donner de l'eau au moulin en quelque sorte. Cela demande une grande volonté, mais ne doit pas être difficile : si on regarde derrière nous, tout ce qu'on a fait et appris depuis notre naissance (nos premier pas par exemple) ont demandé une grande volonté, essayons de retrouver cette même énergie et de s'animer par le désir de faire et la joie de découvrir.

Comme pour tout processus, le départ commence par une projection du mental vers l'action qui va enclencher un mouvement. Ensuite, avec l'action nait une impulsion qui doit être soutenue afin de porter une énergie sur un temps donné et permettre d'obtenir un résultat. Enfin quand les choses sont en marche et que le résultat est obtenu, l'énergie se relâche. Ainsi par son reflux elle se contracte afin de pouvoir être mis en mouvement pour un autre action. Ce temps est important car il est aussi celui de l'appréciation de ce qui vient d'être effectué.

Chaque acte, chaque geste suit un processus qui part d'une impulsion, puis est soutenu pour enfin se terminer et allez « mourir ». Intégrer ce cycle permet de porter un autre regard sur nos actes, cela aide à gérer ses ressources et l'énergie que l'on met dans l'accomplissement de nos aspirations. La notion de conscience est importante. Donner du sens à nos actes nous soutient pour retrouver le pouvoir de création de notre réalité.

"Ce qui compte, ce n'est pas le nombre d'heure que vous consacrez à vos activités, c'est l'énergie que vous y mettez." Dan Millman, auteur de L'école de la vie. 

Ce que l'on vous souhaite pour cette nouvelle année :

Offrez vous le plus beau des cadeaux, connecter vous à votre être profond et à votre pouvoir créateur. Créez l'amour, la joie, la paix et l'abondance dans votre vie...

Que cette nouvelle année vous apporte ce qu'il y a de meilleur !

:)

Cet article participe à l’évènement “Votre meilleure astuce pour appliquer vos bonnes résolutions” du blog Devenez meilleur. J’apprécie beaucoup ce blog, mon article préféré est celui-ci.

Livres et outils bien-être pour jeunes enfants

Livres et outils bien-être pour jeunes enfants

Aujourd'hui de plus en plus de propositions s'offrent à nous pour accompagner les plus jeunes, cet air nouveau qui souffle est merveilleux, même s'il est difficile parfois de s’y retrouver et d’aller à l’essentiel...

Je souhaite aujourd'hui partager avec vous une partie des "créations bien-être pour enfant" que j'ai chez moi, des livres et pratiques pour enfant qui m’ont enthousiasmé et qui ne m’ont pas déçu. Et qui ont également ravies les enfants et les parents à qui je les ai partagé.

C'est donc une liste non exhaustive et personnelle de 12 moyens de renforcer le lien avec les enfants et de les élever dans l'empathie et la joie ;) avec:

  • Des outils bien-être pour les enfants

  • Des livres aidant à développer la confiance

  • Des outils pour gérer les émotions

  • Vidéo et cd pour devenir un chevalier des temps moderne et pratiquer les respirations guidées adaptées aux enfants

 

1 ) COMPRENDRE ET APPRIVOISER SES ÉMOTIONS

Les émotions de Gaston (Je suis en colère, j'ai peur, je me sens triste...), d'Aurélie Chien Chow Chine, Hachette enfants.

Gaston est une licorne étonnante : sa crinière change de couleur en fonction de ses émotions...

Dans "Je suis en colère", Gaston découvre un mouvement de respiration pour chasser le nuage de colère. Un exercice simple de Sophrologie pour apaiser la colère.

Facile à partager avec les enfants, d'une manière ludique et physique.

 

2 ) OUTIL FORMIDABLE : La roue des émotions, d'Anne Sophie Thiry et Jean-Marie Hoton

Ludique et agréable à pratiquer pour les enfants. Il est aisé et important pour eux de savoir reconnaitre leurs émotions, de les exprimer et qu'elles soient entendues. A partir de là, l'émotion est utile et en voie de transformation.

Comprendre ses émotions et apprendre à les gérer intelligemment est un cadeau énorme pour la construction de l'enfant. Se sentir outillé pour s'adapter facilement aux situations de la vie leur donne beaucoup de confiance et de joie. Les émotions sont naturelles. Elles sont saines et nous renseignent sur ce que l'on vit. Comme un signal d'alarme.

La roue des émotions permet à l'enfant de choisir et de dire son besoin face à son émotion. Ainsi, les enfants apprennent après avoir nommer leur émotion à identifier leur besoin pour transformer la situation. Les enfants deviennent autonomes avec leurs émotions et à les prennent en charge. C'est un beau processus d'évolution... 

Adapté à partir de 2-3 ans, les enfants reconnaissent l'expression des visages et s'identifient dans leur émotions dans un premier temps.

INDISPENSABLE pour tous les accompagnants !

 

3 ) COMPRENDRE ET RESSENTIR L'AMOUR DES PARENTS

Mon amour, d'Astrid Desbordes et de Pauline Martin, éditions Michel Jeunesse

"Comment tu m'aimes? Est ce que tu m'aimeras toute la vie?"
Une question capitale posée par Archibald à sa maman.

La réponse de sa maman est pleine de tendresse, de sagesse, de vérité...

Une réponse rassurante pour Archibald qui va pouvoir passer une bonne nuit...

Très très beau !

 

4 ) UNE CONFIANCE SOLIDE 

Ce que papa m'a dit, d'Astrid Desbordes et de Pauline Martin, éditions Michel Jeunesse

Des réponses simples et précises aux questionnements d'un jeune enfant. Magnifique !!

Un livre où l'enfant Archibald reçoit des réponses simples de son papa face à des questions sur son avenir. Un livre idéal pour être dans la confiance et enregistrer des conseils salvateurs pour grandir et pour avoir les ressources nécessaires pour se construire sereinement.

Ce livre est le pendant de Mon amour (du même auteur) : Archibald est rassuré de l'amour porté par sa maman dans Mon amour et son papa lui donne des conseils pour avancer et explorer la vie dans Ce que papa m'a dit. BRAVO !

 

 

5 ) OUTIL DE CONFIANCE CONCRET

Alban, l'éléphant prend confiance en lui, de Luoison Nielman et Thierry Manès (Petit Zen, le bien-être des petits)

Tous les jours, c'est l'occasion de surmonter ses peurs. Lors d'une activité, Alban a peur d'être nul (peur qui ne parle à personne bien sûr ;) ) et sa maman va lui donner un outil merveilleux pour développer sa confiance, un outil qu'Alban va s'approprier et l'utiliser dès qu'il en aura besoin.

Pratique, simple, efficace et rempli d'amour...

Exercice concret à utiliser dans la vie de tous les jours ! Génial !

 

6 ) DÉCOUVRIR LES CHAKRAS 

Les aventures du petit yogi, de Wonderjane et Jérome Gadeyne, Le courrier du livre jeunesse.

Une manière ludique, drôle, agréable, imagée de faire découvrir les chakras aux enfants.

Les chakras et l'énergie du chakra permet aux enfants d'apprendre à se connaître, à voir les différentes facettes de leur être.

Utile, beau, coloré et merveilleux !!!

 

 

 

 

7 ) LA DIFFÉRENCE ET L'UNICITÉ EST UTILE ET SOURCE DE BONHEUR

Mina la fourmi, Conte d'Anne-Marie Chapouton, illustrations de Crescence Bouvarel, Les classiques du Père Castor

Mina est une fourmi différente des autres fourmis, elle a deux pattes et 3 bras.

Si cette différence lui procure du chagrin au début, elle va trouver le courage et comprendre ce que sa particularité lui offre. 

Un joli conte sur la différence. M.E.R.C.I. !!

 

 

8 ) PRENDRE DU RECUL

Tigrou-Tigrou, est-ce bien vrai? de Byron Katie et Hans Wilhelm, Synchronique Editions

C'est important de prendre du recul et de la distance pour les enfants face à notre société et à nos modes de fonctionnement. Les enfants développent quelques fois des croyances fortes et négatives sur eux en deux temps trois mouvements. Vous découvrirez dans ce livre quatre questions pour retrouver le sourire. L'enfant qui se posera ces 4 questions prendra de la distance par rapport aux croyances négatives sur lui-même qu'il prend pour vrai et qui le fait souffrir.

Très utile pour les enfants en contact d'un monde d'adultes qui dit souvent un mot pour un autre de manière inconsciente, un monde où il est alors difficile de s'y retrouver pour les enfants. "Est ce bien vrai ce que me dit cette personne, est ce bien vrai ce que je crois qu'elle me dit...? Une des solutions correspond au premier accord toltèque : "Ne supposes pas, demande."

 

9 ) LES ACCORDS TOLTEQUES POUR LES ENFANTS

Voici d'ailleurs une vidéo magnifiquement réalisé au sujet des 4 accords toltèques adressés aux enfants.

Une vidéo pertinente pour qu'ils deviennent des chevaliers heureux des temps modernes...

 

10 ) LIVRE POÉTIQUE SUR LE PROCESSUS DE CRÉATION D'UN ENFANT

Petit amour, de Sandra Poirot Cherif

Si votre enfant vous demande "Pourquoi je suis là?"

Voici une belle histoire à lui lire:

L'histoire du désir de la conception d'un enfant à sa venue, un processus d'amour magiquement illustré. 

De l'amour tout simplement...

 

 

11 ) RESPIRATION GUIDÉE POUR LES ENFANTS (COHÉRENCE CARDIAQUE)

Cohérence Kid, du Dr David O'Hare, Thierry Souccar Editions

Cohérence Kid est un livre à mettre entre toutes les mains. Cet ouvrage propose 47 jeux respiratoires ultra-simples à réaliser.

A destination des parents, enseignants et soignants, ce guide de David O'Hare, spécialiste international en cohérence cardiaque, donne toutes les clefs pour introduire la cohérence cardiaque chez l’enfant. Les respirations guidées et imagées permettent de développer les superpouvoirs des enfants : calme, attention, confiance en soi, résilience, autonomie… Autant de ressources psychologiques qui serviront aux enfants toute leur vie.

 

12 ) GUIDES AUDITIFS POUR LA COHÉRENCE CARDIAQUE DÉDIÉS AUX ENFANTS

Cohérence Kid Music, d'Anthony Doux, Symphonies Intérieures.

En parallèle de Cohérence Kid, Cohérence Kid Music est un support audio composé de 22 guides respiratoires auditifs.  

Pour développer les superpouvoirs des enfants : concentration, calme, confiance, présence, résilience, autonomie !!

La cohérence cardiaque est un état d’harmonie du cœur et des poumons induit par une fréquence respiratoire particulière. Suivez la musique, elle vous guide naturellement! Vous ressentirez et pratiquerez ludiquement cette respiration anti-stress.

En famille, à l'école, en accompagnement thérapeutique, c'est simplissime et efficatissime : Un pur bonheur qui vient du coeur !

je vous souhaite d'agréables moments en compagnie des enfants avec ces outils bien-être !!

Vos commentaires sur ces articles sont importants, n'hésitez pas à partager vos expériences d'utilisation, elles peuvent servir à tous...

Images du haut de l'article, Cohérence Kid et Cohérence Kid Music : Zoé Figeac.


Comment rester naturellement en forme tout l’hiver ?

Comment rester naturellement en forme tout l’hiver ?

Baisse de moral, fatigue, santé fragile : changer de rythme et s'harmoniser pour mieux traverser la période hivernale.

L'hiver est la période la plus difficile à vivre de l'année. Nous sommes nombreux à ressentir une certaine appréhension en voyant les jours raccourcir à l'automne et en entrant dans la période sombre et froide de l'hiver.

Et oui, l'hiver c'est des jours courts et des nuits beaucoup plus longues. Certains d'entre nous ne voient même pas le jour car ils partent au travail de nuit et en sortent dans la pénombre du soir.

En plus du froid, du vent, de la pluie ou de la neige, ce manque de lumière dû à l'éloignement de la terre par rapport au soleil crée un impact considérable sur notre moral. Ce déficit de lumière solaire provoque des carences en vitamine D d'après les chercheurs. La modification du taux de certaines hormones dans notre organisme nous amène à ressentir un sentiment de déprime. Avec le manque de lumière la sérotonine se transforme en mélatonine, l'hormone du sommeil.

Notre tonus s’effondre souvent au cours de l'hiver. La motivation pour sortir de chez soi n'est pas à son point culminant. On s'en rend compte dans les activités sportives et socio-culturelle pour lesquelles les effectifs des adhérents se raréfient jusqu'au printemps.

C'est aussi la période où fleurissent les épidémies, qui trouvent un terrain favorable dans nos organismes affaiblis et fatigués. Grippe, gastro-entérites, rhumes et tout un cortège de maladies diverses vont nous harceler et profiter de la moindre de nos faiblesses pour nous envoyer au tapis.

Alors que pouvons-nous faire pour mieux vivre cette période hivernale et se recharger les batteries pour le printemps ?

  • Nous allons aborder cette question sous un angle un peu particulier, celui de la musique, de l'harmonie et du rythme.

Certains bio-acousticiens tendent à penser que chaque partie de notre corps émet une fréquence, ce qui fait de nous des symphonies. Car, que nous soyons ou non musiciens et mélomanes, nous vivons au cœur du rythme. Depuis le ventre de notre mère, nous sommes entourés de sons et de rythmes auxquels nous nous adaptons. Battements de cœur, respiration, rythmes du cerveau, émotions et mouvements...

  • Nous incarnons une musicalité unique empreinte de notre identité la plus profonde.

Elle se développe tout au long de notre vie. Petit à petit, nous apprenons à fonctionner en synchronisation avec de nombreux autres rythmes : ceux de nos besoins physiologiques et corporels, ceux des jours et des nuits, puis les horaires, les rythmes du travail, le rythme des autres, etc... Nous devons apprendre à nous conformer à d'autres rythmes que ceux qui nous conviendraient naturellement.

  • Nous arrivons parfois à ne plus agir en accord avec nos propres rythmes et à nous désaccorder. Dans ce cas, la dysharmonie peut apparaître et créer en nous de nombreux troubles.

Les cycles et rythmes de notre planète, et de ceux du soleil, qui est un élément clé de la vie sur terre, sont de loin les principaux. D'ailleurs, nous comptons le temps et notre âge en années. Si au cours du cycle annuel, la période hivernale est la plus difficile à vivre pour nous autres, c'est que nous sommes "hors tempo". Bien souvent nous n'adaptons pas nos rythmes de vie à ceux des astres qui orchestrent une mécanique céleste puissante et plus vaste.

La physique quantique nous amène à l'idée que notre être est sous-tendu par une onde de forme. Alors, cela signifie que nous somme une musique incarnée, passant de l'onde à la matière. Le secret pour garder la « forme » est de prendre soin de son corps, de la matière qui nous compose. Or, pour cela, il est impératif de s'harmoniser avec le rythme de l'univers et des astres, celui des saisons qui est l'expression la plus évidente du rythme de la rotation de la terre autour de notre étoile centrale, le soleil.

Alors, de l'onde à la matière et de la matière à l'onde, nous n'avons d'autre choix que de chercher l'harmonie. Voici 3 clefs pour que la mélodie de notre être soit en harmonie avec la grande symphonie de l'univers. éléments pour être en harmonie avec le monde qui nous entoure et avec la saison de l'hiver.

  • 1  L'hiver dans la musique des saisons
  • 2  Ralentir et revenir à soi
  • 3  Potentiel en bourgeon : le cheminement intérieur

1) L'hiver dans la musique des saisons

Si on regarde notre calendrier, l'hiver débute avec le solstice d'hiver, le 24 décembre. Or c'est la période où les nuits sont les plus longues et, peu de temps après, la durée du jour commence à croître petit à petit. Les solstices et équinoxes sont liés à la course du soleil ou plutôt à la rotation de la terre autour de ce dernier.

Mais le démarrage des saisons aux solstices et équinoxes ne coïncide pas avec la réalité ou le ressenti que nous pouvons en avoir. (Notre calendrier des saisons est d'ailleurs moins en phase avec les cycles de la nature que le calendrier chinois ou d'autres calendriers...) La terre met un certain temps pour se refroidir à l'automne et à l'inverse pour se réchauffer au printemps ce qui provoque des formations de brouillards à cause des différences thermiques entre les couches atmosphériques. Au solstice d'hiver nous sommes déjà plongés dans la saison hivernale, le monde végétal et animal le sait et le vit déjà. Nos ancêtres le savaient et possédaient un calendrier axé sur les cycles de la nature.

Dans le calendrier celtique, la période hivernale commence avec la fête de samhain, le 1er novembre, qui marque le commencement de l'année. Cette fête dure trois jours. Elle débute la veille au soir, le 31 octobre. Le 31 Octobre? Oui, célébré aujourd'hui sous le nom d'hallowen. Traditionnellement, on nettoyait le foyer pour accueillir le feu nouveau. Aussi, on enterrait une branche morte qui symbolisait ce dont on souhaitait se débarrasser, ce que l'on souhaitait laisser derrière nous pour cette nouvelle année. Lors de la fête de samhain, le 1er novembre, il est dit que c'est le moment de l'année durant lequel le lien entre le monde visible et invisible est le plus ténu. C'est ce que la tradition catholique a intégré au travers de la toussaint, fête de tous les saints qui remplace la célébration des dieux et forces invisibles des païens. Le 2 novembre est lui dédié aux morts dont on libère les âmes et qu'on laisse partir vers l'au delà avec nos prières de bénédiction. S'ensuit un moment de réjouissances. Aujourd'hui, nos achetons des chrysanthèmes que nous déposons dans les cimetières. Dans l'hémisphère nord, on trouve des correspondances entre ce calendrier, celui des chinois et les calendriers des indiens nord américains.

Loin de vouloir ouvrir un débat sur les choix de notre calendrier grégorien, ce qui est intéressant dans le calendrier celtique est qu'il est basé sur le cycle de la nature et de la vie des arbres. Chaque tradition ancestrale possède une approche des relations avec l'environnement naturel que nous sommes en train de perdre de vue dans nos sociétés urbaines, hyper-connectées et technologiques.

En effet, pour pouvoir bien vivre les saisons, il est important de les accueillir dans son for intérieur. L'observation et l'écoute de la nature sont des points essentiels qui permettent de rentrer en résonance et en harmonie avec les forces qui l'animent.

Ainsi, une des clefs pour rester en forme tout l'hiver, c'est d'adapter son rythme à la saison et de s'harmoniser avec les énergies hivernales.

L'automne est la saison des dernières récoltes avant la période de sommeil du végétal. Pour nos ancêtres, c'était souvent une période d'abondance car les greniers étaient pleins et il y avait beaucoup de fruits. Pour eux, la période difficile se trouvait en fin d'hiver et au printemps, avant que la nature ne donne ses premiers fruits, quand les dernières réserves avaient été consommées. Mais c'était avant la société de consommation et ses étals toujours fournis.

C'est souvent lors des premiers jours de novembre que les premiers froids arrivent, les gelées se font sentir sur une grande partie de notre pays. On est prévenu de cette arrivée du froid par le départ des oiseaux migrateurs, dans certaines régions on entend et on voit le vol des formations de grues qui annoncent le tournant de la saison.

Dans les forêts, les feuilles tombent des arbres et la sève se retire de la partie aérienne vers leurs racines. L'énergie suit un mouvement descendant, tout se ralentit dans la nature. Les oiseaux chantent moins, leurs chants sont différents que durant la période printanière. Dès que les jours rallongent, les oiseaux le savent et leurs chants commencent à changer comme par exemple, celui des mésanges. Les oiseaux sont surement ceux qui nous informent le plus sur les variations du milieu naturel. Ils transmettent de nombreux messages que l'on peut comprendre à force d'observation, en se mettant à leur diapason.

Les oiseaux chantent moins en hiver... Comme les oiseaux, reliez-vous à l'hiver !

Comme nous l'enseigne la médecine traditionnelle chinoise, à chaque saison correspond un élément, un organe, un viscère, une note de musique, des gammes musicales.... L‘hiver, c'est : l'élément eau, les reins et la vessie, la sagesse, la note ré selon le Nei Jing Su Wen, la voyelle o selon les sons du Kototama, les modes pentatoniques Gunkali (ré, ré#, sol, la, la#, ré) et Hindol (ré, fa#, sol#, si, do#, ré) selon Fabien Maman, le 2nd chakra. Choisissez l'outil avec lequel vous relier à l'hiver.

Durant la période des frimas, les animaux ne s'accouplent pas. Dans nos campagnes, la tourterelle est un bon indicateur car on peut mesurer à ses roucoulements sa propension à l’accouplement qui est souvent liée à la météo. En ville on peut s'amuser à observer les pigeons qui eux aussi suivent des impulsions similaires liées aux montées de températures. Donc, avec le froid, chacun est occupé à gérer sa survie, à réussir à passer la période hivernale. Les louves le savent et gèrent les appétits sexuels des mâles en les affamant. Ainsi ils seront plus enclins à chasser qu'à s'accoupler.

Beaucoup d'animaux hibernent et ralentissent leur métabolisme afin de minimiser leurs dépenses caloriques. L'ours est un bon exemple chez les mammifères. D'autres animaux qui se nourrissent d'insectes vont aussi entrer en hibernation comme les chauves souris, les reptiles et animaux à sang froid comme les batraciens. Certains encore migrent vers des climats plus favorables, c'est le cas des oiseaux pour lesquels il est plus facile de parcourir de grandes distances. Chez les insectes, le même comportement s'observe : les coccinelles et les punaises s'invitent à rentrer dans les maisons pour y passer l'hiver. Chez ceux qui vivent en colonies comme les fourmis et les abeilles, leur activité se ralentit après avoir auparavant fait leurs réserves. Tout le monde connait la fable de La Fontaine « La cigale et la fourmis »...

Quand on observe l'ensemble des comportements du monde animal et le fonctionnement de la nature autour de nous, on peut se réjouir d'avoir devant nos yeux une grande source d'inspiration. C'est comme si se tenait ouvert, le grand livre de la nature et que l'on avait juste à réapprendre à le lire pour comprendre ce qui est en cours autour de nous. Ainsi nous pouvons à nouveau ressentir avec plus de vérité la saison qui s'installe avec tout notre être.

 

2) Ralentir et revenir à soi

Nous avons la chance de vivre dans un monde moderne avec de nombreux avantages matériels, mais notre mode de vie nous éloigne de la nature. Ainsi nous développons l'illusion de solidité de notre société et nous ne ressentons plus ce lien avec le monde naturel et ses cycles. L’électricité nous éclaire la nuit, le chauffage nous réchauffe, le supermarché nous assure des ressources alimentaires. Finalement nous n'avons plus d'efforts à fournir pour nous accommoder à la saison, notre organisation et notre technologie y pourvoit.

Pourtant cela est très récent à l'échelle de l'humanité et dans nos mémoires d'espèce, nous avons encore en nous, inscrit dans notre ADN, tout un panel d'informations liées aux adaptations de nos ancêtres à l'environnement.

Nous ne sommes pas des robots et, comme nombre d'animaux, nous avons un besoin impératif de respecter nos rythmes naturels. Malheureusement pour nous, il est rare de pouvoir adapter son activité professionnelle avec la saison et de travailler moins l'hiver et plus l'été...

Pourtant, il est vital de s'octroyer un peu de temps, un instant de pause, de silence, et d'être juste seul avec soi-même.

Il est important d'essayer de dormir plus et d'augmenter ses phases de repos. Ainsi on constitue des réserves en énergie grâce à ce ralentissement d'activité. Il est important de le faire dès le début de la période froide et sombre, avant d'être épuisé. Pour cela, revenir à son intériorité c'est aussi prendre en compte son état intérieur et pouvoir sentir les moments de fragilité et surtout de s'autoriser à prendre le temps nécessaire à son repos.

Aménagez votre intérieur pour vous y sentir bien est aussi nécessaire : comme les animaux qui prennent soin de se créer un abri douillet pour optimiser leur confort et minimiser leurs dépenses en énergie. Il est très important que vous puissiez avoir un espace où vous isoler et vous sentir en sécurité pour vous ressourcer. Un lieu qui soit votre tanière, avec des lumières douces, du confort, un cocon où vous pouvez lire, écouter de la musique relaxante, méditer et vous détendre.

➽ Parmi les pratiques à mettre en place, la COHÉRENCE CARDIAQUE est ce qu'il y a de plus simple, efficace, rapide et peu onéreux pour se mettre au diapason de son propre corps, au travers du système nerveux autonome qui gère les fonctions automatiques de notre corps. De nombreux articles y ont été consacrés sur ce blog.

➽ La méditation de pleine conscience est aussi un beau cadeau à se faire. Sans chercher à tarir le flux des pensées, elle consiste à juste s'en détacher, leur donner moins d'importance.

  • En cherchant à s'installer dans son ressenti, on arrive peu à peu à des niveaux de détente et de bien être qui nous aident à ne pas dilapider notre énergie interne.
  • En se concentrant sur sa respiration, au travers de l'air frais qui rentre dans nos narines et celui plus chaud qui en ressort.
  • En portant son attention sur notre ventre, nos épaules ou notre poitrine qui se meuvent au fur et à mesure que l'air va et vient à l'intérieur de nos poumons.
  • Et, même si des pensées apparaissent dans notre esprit, les regarder comme on regarderait passer un train alors qu'on est sur le quai d'une gare.

Le sommeil est en tout point vital à cette saison. Et l'homme est le seul animal qui n'effectue qu'un cycle de sommeil. Essayez de vous coucher plus tôt ou de faire des siestes, de courte durée, afin de connaître vos besoins et le cycle qui vous correspond. Certains, en un quart d'heure retrouvent un bon dynamisme. Il est difficile de donner des conseils objectifs dans ce domaine tellement nous sommes différents et réagissons de façon unique. L'important c'est de faire des essais pour trouver ce qui est le plus adapté pour soi. 

Si on a des difficultés à s'endormir, il est bon de faire attention à ne pas s'exposer à des lumières trop vives le matin, surtout quand il fait encore nuit à son réveil. Idem pour le soir, évitez les écrans. En effet, une lumière artificielle trop intense peu bloquer la production de mélatonine, qui est l'hormone du sommeil. On risque de ne pas arriver à s'endormir. Il existe des systèmes d'éclairage qui imitent le lever du jour en augmentant progressivement l'intensité de la lumière, cela aide à nous replacer dans le cycle circadien. Autre solution pour le sommeil, la cohérence cardiaque offre un sommeil récupérateur et favorise l'endormissement. Et vous pouvez y ajouter la musique pour vous détendre, comme dans l'album Coeur Symphonique.

Tout ce qui est douceur est bon à prendre en cette saison. Il est recommandé d'écouter des musiques reposante, de créer une atmosphère douce et de se faire son cocon. Les éclairages sont importants, ils contribuent à donner à son intérieur une ambiance chaleureuse et feutrée qui invite à se sentir bien. Dans la ville, les illuminations de Noël visent à contrer l'ambiance mortifère de cette période qui manque de lumière, elles compensent la noirceur qui domine.

Si comme certains animaux, on a besoin de faire des réserves, les fêtes de Noël sont l'occasion de se faire plaisir et d'emmagasiner des calories pour passer l'hiver. Les chocolats de Noël sont aussi bons pour le moral car ils possèdent des substances qui favorisent la sensation de bonheur. Toutefois, cette nourriture copieuse et abondante ne doit pas surcharger et fatiguer l'organisme. Il est important pour chacun de connaître ses limites et ses besoins réels. En matière d'alimentation, chacun possède son point de vue. Les scientifiques, naturopathes et autres spécialistes tiennent des discours très différents. Alors, il est important de faire ses propres choix d'après son expérience. On doit être assez prudent car il arrive que l'on soit attiré par des aliments qui ne nous réussissent pas mais qui comblent un besoin psychologique (c'est souvent le cas des sucres, graisses et laitages). Avec modération, la voie du juste milieu est un début...

Comme les arbres en hiver, nous nous dépouillons symboliquement de notre manteau de feuilles pour voir apparaître notre ramure. C'est donc le bon moment pour aller à l'essentiel et se regarder avec tendresse mais sans concessions. De voir qui on est réellement et ce que l'on souhaite laisser derrière nous, se délester avant de repartir pour une nouvelle dynamique au printemps prochain. Les choses que vous laisserez derrière vous permettront de vous sentir plus léger, et en plus elles vous ferons économiser de l'énergie et ne viendront plus nourrir vos anciens schémas.

Le Silence, une porte de connexion à soi et à l'univers...

3) Potentiel en bourgeon : le cheminement intérieur

Ce qu'il nous arrive d'oublier, c'est que lorsque l'arbre perd ses feuilles, les bourgeons de l'année suivante sont déjà là ! Ils passeront l'hiver doucement en attendant la belle saison pour s'épanouir. Cela signifie que dès l'hiver, toutes les potentialités du printemps sont déjà en place pour fleurir et fructifier. Pour nous aussi, il est important de nourrir ses potentiels à venir, en mettant à profit cette période d'intériorité pour d'une part, laisser derrière ce qui nous freine et nous empêche d'être tel que l'on souhaite et, d'autre part, visualiser et nourrir d'énergie l'idée de ce que l'on souhaite réaliser lors de cette année à venir.

Cela ressemble aux bons vœux et aux résolutions de la nouvelle année. Bien évidement, en le mettant en pratique dès le mois de novembre, lors de la descente de la sève, on se trouve dans un plus grande résonance avec les énergies de la saison et cela nous donne beaucoup plus de force. Car c'est ici que réside l'intérêt de cette quête d'harmonie avec les cycles de la nature. C'est la base d'un véritable partenariat avec l'univers, qui fait que l'on nage avec le courant plutôt que de lutter contre.

Elargir notre champ de conscience, et intégrer à nouveau dans notre vie les cycles et rythmes de la nature pour revenir dans la danse de la vie.

Ainsi nous cessons de nous démener hors du tempo, au dépend de notre bien-être. C'est là l'essentiel du chemin qu'il nous est donner de faire : se relier au champs de l'univers et à la lumière de la conscience qui réside en chacun de nous.

C'est ce que signifie l'origine latine du mot religion. Si le sacré a été en quelque sorte confisqué par l’église durant de nombreux siècle, l'essence des fêtes et rites de passages de l’année avaient pour but de relier les hommes aux cycles des saisons et à la magie de la terre.

Aujourd'hui, les fêtes d'Halloween ou de Noël sont restées importantes mais elles se sont intégrées à la société de consommation et sont devenues commerciales et mercantiles avant tout. (Comme le père Noël dont le costume est passé du vert au rouge dans les publicités d'une célèbre marque de soda américaine.)

Cette profusion de bien matériel et hyper-consommation n'est pas forcément synonyme de bien-être. La richesse apparente de nos sociétés et son niveau de développement nous donnent l'illusion que nous sommes moins dépendant de la nature, au point même que la destruction des ressources et des écosystèmes continuent malgré de nombreux signaux d'alarme.

Il fut un temps ou notre dépendance à la nature nous rendait moins arrogants, nos célébrations étaient porteuses de sens et honoraient l'alliance de l'homme et des forces du cosmos. A l'approche des fêtes de fin d'année, on peut se demander si la réponse à cette question de comment se sentir bien et être en pleine forme durant l'hiver ne serait pas en nous même, inscrite dans notre ADN:

Retrouver sa mélodie intérieure et renouer avec la symphonie de l'univers, des saisons,

et de la vie, tout simplement.

Je vous souhaite une merveilleuse préparation d'éclosion...

https://www.symphonies-interieures.com

>> Cet article participe à l’événement inter-blogueurs “comment rester naturellement en forme tout l’hiver?” organisé par le blog Betilami. Dans ce bog, j’apprécie particulièrement cet article.  C'est un article qui propose des remèdes naturelles contre la grippe. Si vous avez aimé cet article, partage- le, cela m'aidera à faire connaitre ce blog.


3 habitudes zen à pratiquer au quotidien

« Zen, soyons zen »

« Zen, soyons zen », comme le chante Zazie. "Zen" est un mot à la mode, que l'on entend partout. Un mot rentré dans le langage courant, galvaudé à force d'être utilisé également par les publicitaires pour faire vendre des produits. Comme si on pouvait acheter un état d'être.

Alors qu'entend-on par zen? Le zen est un état intérieur, une ode à la vacuité, au vide originel dont est issu la création. Venu d’extrême orient, du pays du soleil levant, il évoque les moines qui passent des heures à méditer le dos droit sans bouger d'un pouce. Comment se fait-il que ceux qui pratiquent les attitudes zen comme les méditants puissent y trouver autant de bonheur et de complétude? Même si on ne pratique pas la méditation, il est bon de s'interroger sur ce qu'il y a de positif à prendre dans la « zen attitude », de regarder ce qu'on souhaiterait améliorer de notre santé, de nos relations et, de notre manière de percevoir la vie et ses aléas.

L'état "zen", une solution possible face à l'accélération de nos rythmes de vie, et au fait que l'on soit de plus en plus pressuré par des facteurs extérieurs contraignants et que l'on se détourne de notre être véritable en agissant de manière automatique. Car avoir une attitude zen, c'est entrer dans son intériorité pour élargir sa conscience et communier plus intensément avec l'univers.

Nous sommes capables de trouver pleins d'arguments pour ne pas s'occuper de soi. Et en continuant sur notre lancée, aller jusqu'au burn-out ou jusqu'à la maladie grave. Pourtant, est ce que le "zen intérieur" est vraiment hors de portée? Commencer par prendre 5 minutes pour soi change notre énergie, au moins pour quelques heures, et nous aide à être plus heureux, plus lucide, à prendre de meilleures décisions en lien avec nos envies et besoins fondamentaux. Bonne nouvelle et cadeaux de la vie : la palette de pratiques pour améliorer notre vie est très large ! Il existe une quantité pléthorique de choses à faire pour contribuer de manière consciente à son bien être intérieur. A chacun de trouver ce qui lui convient foncièrement.

Pour vous donner quelques outils faciles à mettre en place, nous avons sélectionné 3 manières de devenir plus zen, comme 3 portes ouvertes sur des champs d'exploration : des choses simples d'accès, agréables et ludiques, mais qui ont fait leurs preuves et rendent possible un véritable changement dans bien des domaines de la vie courante. Car si on ne peut pas changer certaines situations dans la vie, on peut changer la manière que l'on a de les percevoir et ainsi les aborder plus confortablement.

"Il faut être fou pour s'attendre à des résultats différents en faisant toujours la même chose". Albert Einstein.

Cet article participe à l’évènement “3 habitudes indispensables pour être zen au quotidien” du blog Habitudes Zen. Ce blog propose des solutions simples et efficaces pour améliorer notre vie. Il apporte un éclairage nouveau avec un angle de vue différent comme dans cet article sur la simplicité.

1ère habitude zen    ➽    5 minutes pour respirer : la cohérence cardiaque

2ème habitude zen   ➽    Ecouter "véritablement" de la musique

3ème habitude zen   ➽    Mettre de la couleur dans sa vie : la pleine conscience par les mandalas

 

1) 5 minutes pour respirer : la cohérence cardiaque

Adieu stress, bonjour repos, zenitude et régénération...

La cohérence cardiaque est une habitude zen facile et efficatissime, idéale pour prendre un bon bol d'air dans la journée et pour respirer la santé ! "Être en cohérence cardiaque", c'est non seulement poétique, c'est aussi concret : la cohérence cardiaque est un état atteint par quelques minutes de respiration à un tempo bien précis. Le docteur David O'Hare qui s'est spécialisé dans ce domaine, l'explique très bien dans ses ouvrages « Cohérence cardiaque 365 » et « Cohérence kid ».

Comment ça marche ? La respiration est en relation directe avec le système nerveux autonome. Elle se fait naturellement, souvent sans intervention consciente de notre part et nous permet d'apporter l'oxygène à l'organisme. Cet oxygène est essentiel, il va circuler par le sang et alimenter les muscles pour soutenir un effort musculaire ou emmagasiner des réserves lors de périodes de repos.

La nature a doté l'ensemble des animaux d'une capacité à mobiliser de l'énergie et des ressources lors d'une période de stress. Face à un danger, pour assurer la survie de l'individu, la respiration et le rythme cardiaque s'accélèrent, et la quantité d'air disponible augmente, ce qui soutien l'effort musculaire qui servira à fuir ou combattre. Bien entendu, lors d'un effort important le corps consomme ses ressources.

Ce système automatique est toujours en fonction dans notre corps, cependant les menaces extérieures ont beaucoup changé. Nous vivons avec parfois de forts niveaux de stress, diffus mais constants, ce qui nous amène à consommer beaucoup d'énergie et à épuiser notre organisme en sollicitant de manière déséquilibrée ce système autonome.

La cohérence cardiaque nous permet de reconnecter avec cette partie de nous et de pouvoir mieux gérer ses ressources internes par des simples exercices respiratoires. En modulant sa respiration à un tempo d'environ 6 respirations complètes par minutes, on arrive à harmoniser le rythme cardiaque et faire osciller son adaptabilité suivant une courbe régulière.

Des guides visuels et des guides auditifs musicaux nous aident à pratiquer la cohérence cardiaque. C'est facile, ludique et intuitif. Avec les guides auditifs, on profite aussi des musiques relaxantes ou dynamisantes.

Les bienfaits de la cohérence cardiaque. La cohérence cardiaque possède de nombreuses vertus, tout d'abord sur la santé, pour le système cardio-vasculaire, mais aussi concernant le système nerveux. Préconisée par les cardiologues pour prévenir les risques cardio-vasculaire, elle possède un effet curatif et surtout préventif. Ses bienfaits dépassent le cadre physiologique et favorisent l'équilibre émotionnel.

L'état de cohérence cardiaque permet de mieux se centrer et s'apaiser, d'améliorer ses capacités cognitives et de favoriser la résilience, capacité à faire face aux situations difficiles. En apprenant à moduler ses inspirations ou ses expirations, on arrive à se dynamiser ou se détendre, trouver des ressources nouvelles et un vrai équilibre intérieur.

Cette méthode est simple et efficace, elle est facile à mettre en œuvre au quotidien, car il est simple de prendre 5 minutes quelques fois par jours pour la pratiquer. Cela nous demande un peu de régularité et de persévérance, mais les premiers bienfaits ressentis sont rapides.

Intéressant pour les grands comme pour les petits ! A pratiquer seul, en famille, ou à plusieurs ! A vous d'expérimenter cette habitude zen, aux nombreux bénéfices pour la santé, maintenant !

-

2) Ecouter "véritablement" de la musique

Besoin de changer d'énergie, besoin de sortir de la tension du travail? A l'écoute de votre SOS intérieur, prenez un "SAS" vibratoire : un sas de décompression enveloppé par la musique. Un sas, sous-entend un environnement sécurisé et tranquille où vous ne serez pas dérangé. Et pour que le sas vibratoire soit efficace et nourrissant, préférez une musique qui vous procure du bien et qui soit en relation avec votre besoin! Quelle musique choisiriez-vous si vous pensez : " je suis ce que j'écoute" ? C'est important de comprendre et de sentir que notre état intérieur se synchronise avec la musique que nous écoutons "véritablement". Elle va ainsi nous apporter bien plus que nous l'imaginons...

La pratique de la musique et du chant est universelle, et date de la préhistoire dans l'humanité. Souvent inspirés par la nature et les oiseaux en particulier, les humains ont ainsi essayé de reproduire les sons de leur environnement jusqu'à des élaborations très complexes. Au XXème siècle, le compositeur Olivier Messiaen, passant des heures à écouter les chants d'oiseaux, a retranscrit ses derniers dans sa musique colorée et spirituelle.

La musique quelle qu'elle soit, a un effet sur l'organisme. Nous sommes tous touchés par certaines chansons et musiques, qui nous apaisent ou nous dynamisent. Personne n'est insensible à la musique.

Lénine confessa un jour, alors qu’il venait d’écouter une sonate de Beethoven: 

«Je ne peux pas écouter de la musique trop souvent, cela me donne envie de dire des bêtises et de caresser la tête des gens »

Si on se penche sur l'aspect physique de la musique, le son est lié à la propagation d'une onde acoustique. Sa fréquence, son intensité et son timbre le définissent. Sans rentrer dans des explications trop complexes, on peut mesurer les effets d'un son sur un corps physique.

  • A ce titre les travaux du Dr Emoto sur l'eau et la musique sont intéressants et révélateurs. Il a photographié des cristaux d'eaux et montre comment ils réagissent en fonction de différentes musiques.
  • D'autres travaux comme ceux de Fabien Maman décrits dans son ouvrage « le Tao du son » montre à quel point les sons peuvent agir sur les cellules. Il a notamment fait des recherches sur les sons acoustiques et les cellules cancéreuses.
  • Enfin, les travaux de Joel Sternheimer sur les ondes ouvrent des perspectives merveilleuses, comme par exemple la stimulation du système immunitaire des plantes grâce à des « protéodies », musiques qui favorisent la synthèse des protéines.

Ces quelques exemples nous montrent à quel point le son impacte les profondeurs de l'être, jusqu'aux plus infimes particules. La matière est une onde, si on se réfère à la physique quantique.

Pour revenir à la question qui nous motive, la musique, le chant, les sons sont de véritables outils de guérison, de bien être au quotidien. Le moyen le plus évident et ouvert à tous est d'écouter de la musique. Chaque style de musique amène à un état intérieur différent, et certaines musiques peuvent nous plonger dans un état de relaxation et de détente proche de l'état méditatif.

Ecouter et danser

A l'écoute de la musique, danser est aussi très important car cela amène à vivre la musique, à transformer l'onde dans un mouvement et à devenir musique. Les peuples de tous les continents ont des musiques et des danses traditionnelles qui revêtent un caractère thérapeutique. Par exemple la musique des confréries gnawa au Maroc est spécifiquement jouée dans cette optique. On comprend pourquoi de nos jours les stages et ateliers rassemblant danse, mouvement, musique et respiration sont de plus en plus courants (comme par exemple les stages de CCMS : Cohérence Cardiaque et mouvement spontané)

Ecouter et jouer

Et si vous n'êtes pas musicien, pourquoi ne le deviendriez-vous pas? Il existe des instruments faciles d'accès, des flûtes, kalimbas, petites percussions et tambours chamaniques, qui ne demandent pas de grandes technicités et permettent de pratiquer simplement la musique et d'en ressentir les bienfaits. Des instruments comme les n'goni ou certaines harpes lyres sont très abordables, car elles n'ont pas beaucoup de cordes, et elles sonnent agréablement d'office quand l'instrument est accordé. Et pour ceux qui ont du mal à accorder un instrument, il existe des accordeurs chromatiques pour vous faciliter la tâche.

Si vous pensez ne pas avoir de sens du rythme, c'est que vous oubliez que le rythme est partout, dans vos pas, votre cœur, votre respiration, le jour et la nuit, les saisons et tellement de choses en vous et autour de vous. Alors n'attendez plus ! Lancez-vous dans une nouvelle aventure : devenez les musiciens de votre vie et jouez votre partition. Vous gouterez ainsi à un nouveau bonheur, tout en sollicitant le cerveau, en équilibrant vos hémisphères cérébraux et développant votre confiance en vous ! Et n'oubliez pas que l’instrument le plus complet et complexe qui soit, réside à l'intérieur de vous : c'est vos cordes vocales et votre voix. A vous de vous exprimer !

 

3 ) Mettre de la couleur dans sa vie : la pleine conscience par les mandalas

Aspects physiques de la lumière

  • Le son et la lumière possèdent des caractéristiques communes. Ce sont des formes d'énergies qui, créées par une source, se propagent selon des ondes comme l'écrit le chercheur Bernard Valeur. Pour nos yeux et nos oreilles d'humains, on ne perçoit qu'une partie du spectre lumineux et sonore, pourtant il nous affecte dans sa totalité. Par exemple les infrasons nous affectent sans que l'on s'en rende compte et les ultraviolets nous donnent des coups de soleil sans que nous les percevions.
  • La différence entre les ondes lumineuses et sonores est que les ondes lumineuses peuvent se propager dans le vide : ce qui nous permet de voir la lumière des étoiles qui a parcouru l'espace, et son vide intersidéral.
  • Un autre point intéressant, si on se réfère à la physique quantique est que la lumière est onde mais aussi matière, car les photons qui la composent sont aussi des particules.
  • Notre œil capte des ondes électromagnétiques qui ne sont pas colorées. C'est notre cerveau qui reconstruit ce que perçoivent nos yeux et l'information qui lui est transmise par le nerf optique.
  • Quand nous voyons une lumière blanche qui pourtant contient toutes les couleurs de l'arc en ciel, c'est notre rétine qui mélange les couleurs.

 

Utilisation des couleurs

Il est clair que les fréquences lumineuses des couleurs ont une incidence sur notre psyché, et la lumière comme le son peuvent être de très bons outils pour transformer nos états intérieurs.

  • La lumière du soleil et les couleurs de la nature sont d'évidence la première source de bien être à notre portée, quotidiennement disponible. On se rend compte à quel point notre humeur peut être liée aux conditions d'ensoleillement et à quel point notre moral est bas en fin d'hiver, après avoir passé trop de temps sans lumière.
  • Aussi, la nature et ses couleurs nous influencent, la couleur verte y domine largement. Cette couleur n'est ni chaude, ni froide. Le vert est en quelque sorte neutre et nous offre la possibilité de réguler notre humeur. Le vert de la nature apporte du bien être à chacun quel que soit son état intérieur.

  • Dans la culture indienne, on associe des couleurs aux différents centres d'énergie appelés chakras. Chaque centre d'énergie est lié aux différents organes et glandes endocrines que l'on peut stimuler avec les couleurs appropriées.
  • Dans la médecine chinoise, les systèmes d'organes et de viscères sont aussi associés aux éléments et à des couleurs et, dans certaines cures, on demande au patient de manger des aliments de certaines couleurs. D'ailleurs en cuisine, un plat coloré aura toujours l'air plus appétissant. Les moines taoïstes composaient des plats à trois couleurs.

A nous d'expérimenter les couleurs qui nous font du bien à des moments précis, suivant les saisons et nos états intérieurs, dans notre habillement, décoration intérieure, et lors de méditations. Devenir de plus en plus conscient et utiliser les couleurs pour se dynamiser ou s'apaiser est un vaste champ d'exploration dans lequel il vous appartient de naviguer selon vos goûts et humeurs et aussi vos références socio-culturelles, car il n'y a que vous qui savez ce qui vous est bénéfique !

Couleur et forme

Comme la musique, l'utilisation des couleurs (à travers l'art, le dessin...) est quelque chose de commun à l'ensemble des populations du globe depuis les temps les plus anciens.

Pour entrer dans un état méditatif, le dessin ou la peinture sont des outils privilégiés, soit en prenant le temps de regarder, ou encore en pratiquant un art coloré, en créant ou en coloriant.

Afin de rentrer dans la pratique de l'application des couleurs, une des approches intéressantes et simples à mettre en place est le mandala. A colorier ou à faire soi même. C'est un moyen de rentrer en méditation ou en prière, de se laisser infuser par l'énergie des couleurs et de les faire résonner en nous. Les effets vibratoires des ondes de la lumière et des couleurs se retrouvent démultipliés quand l'onde et la forme se rejoignent.

Alors à vous de prendre un moment pour vous baigner dans le monde des couleurs, de vous offrir un moment de créativité et de bien être.

" Les couleurs ne sont pas seulement les exploits de la lumière, ce sont aussi les exploits du moi. Nous ornons le monde avec elles et nous le faisons pour nous."

Goethe

 

 

Voilà donc trois chemins possibles vers une attitude zen.

Leur point commun réside dans le fait qu'ils sont tous les trois liés à la notion d'ONDE et de FRÉQUENCE. Que ce soit par l'approche de la respiration avec la cohérence cardiaque, du son avec la musique ou de la lumière par les couleurs, nous approchons l'un des aspects les plus importants de notre réalité que les dernières théories scientifiques tendent à corroborer : c'est l'idée d'une RÉALITÉ VIBRATOIRE.

La matière est formée de particules qui vibrent à des fréquences différentes. Notre être lui même est composé de particules organisées selon un ordre précis, le tout sous-tendu par une onde de forme qui nous traverse. Cette vision de l'être nous ouvre de vastes possibilités comme celle d'être les créateurs de notre réalité. Et c'est en cela que la recherche de la "zenitude" devient un besoin vital pour de plus en plus de personnes actuellement.

Nous cherchons tous à vibrer, à nous sentir vivant, heureux de vivre, en bonne santé et ressentir que nous faisons quelque chose pour notre être profond qui nous remplit de plénitude, de gratitude et donne un vrai sens à notre vie. Alors n'attendons plus, "soyons zen"! Dès à présent, prenons quelques minutes par jour et offrons-nous le luxe d'être complètement et entièrement avec soi !

Stage "Faire naître en soi pour se reconnaître"

Image de haut de page : Mandala de Nathalie Chappé

La méditation pour les enfants

La méditation pour les enfants

Les enfants sont notre avenir, ce que l'on a de plus précieux. On se doit de les préparer de notre mieux à découvrir la vie et surtout à devenir autonomes. La tâche n'est pas aisée, nous sommes souvent démunis face à la complexité du rôle de parent, d'enseignant ou d'accompagnateur. Ils nous ramènent à nos propres faiblesses, nos difficultés intérieures et nos schémas comportementaux.

Comment sommes-nous attentif à leur état intérieur ? Peut-on leur apporter les ressources nécessaires à leur croissance et leur évolution ? Que savons-nous de ce qui manque à leur être profond, de leurs besoins fondamentaux ?

Nous nous retrouvons confrontés à des enfants aux comportements hyperactifs, hypersensibles, à leurs angoisses, leur stress, leur impossibilité à se concentrer, leurs difficultés d'apprentissage. Il leur arrive d'être introvertis ou trop autocentrés. La société moderne de consommation en fait des cibles privilégiées, les sollicitant constamment par des messages publicitaires, les encourageant à passer leur temps devant des écrans dans des mondes virtuels qui les coupent de la réalité. Dans ce monde où l'avoir devient plus important que l'être, la compétition, la performance et l'action supplante la coopération, la compassion et la contemplation. Comment faire pour leur proposer une pause de détente, un espace pour respirer et apprendre qui ils sont vraiment au fond d'eux même.


1) L'état intérieur de nos enfants

Le comportement des enfants peut révéler leur état intérieur. Bien souvent les enfants comme les adultes n'ont pas de recul sur leurs paroles et leurs actions. Les mots et les gestes pourtant parlent en permanence de ce qui est en train de se jouer chez une personne.

Chaque être à des besoins fondamentaux, celui d'être aimé, de recevoir l'attention des autres, d'être touché affectueusement, se sentir protégé, en sécurité, partager des moments de joie.

Alors que notre société occidentale privilégie encore trop le mental, les jeunes générations n'ont pas beaucoup d'espace pour apprendre à respirer, connaître et apprécier leur corps, s'alimenter d'une manière saine. Ce sont pourtant des besoins fondamentaux. Tout comme la confiance en soi, l'estime de soi, l'empathie et la relation aux autres qui se développent par l'expérimentation et la connaissance, dans l'échange avec soi et avec l'autre. A l'inverse, un jeune enfant "collé" devant une tablette ou un écran ne reçoit pas de sourire de l'écran, et est ainsi privé d'un apprentissage naturel de l'empathie à ce même instant.

Il peut être très difficile pour des enfants de mettre des mots sur les émotions. Même au sein d'une société hyper-connectée, il existe finalement peu d'espace pour exprimer ses ressentis et comprendre les véritables interactions entre les êtres.

Que ce soit dans des familles avec des difficultés ou dans des situations privilégiées, les enfants peuvent vivre de grands troubles intérieurs. Le temps passé à leur côté dans les premières années est fondamental. Dans ses premiers moments de vie, la vulnérabilité du bébé fait qu'il est obligé d'attirer l'attention pour survivre. Il met en place des mécanismes inconscients qui ré-apparaitront au long de sa vie.

C'est pour cela qu'il est important de donner aux enfants des outils de bien-être très tôt, afin qu'ils puissent acquérir par eux même la possibilité de répondre à leur besoins intérieurs.

2) L'âge où l'on peut intégrer facilement des techniques et réflexes

Dans leur premières années, les enfants ont une faculté d'adaptation énorme, si ils sont bien encouragés et encadrés, leur malléabilité leur permet de pouvoir acquérir des capacités fondamentales très simplement. On le voit par exemple dans l'apprentissage des langues, l'acquisition de facultés motrices et bien d'autres sujets.

C'est pourquoi il peut être très intéressant de leur donner certaines clés qui leur serviront tout au long de la vie. Apprendre à bien respirer par exemple, pourra leur servir plus tard à gérer les épisodes de stress, développer leur capacité d'adaptation aux diverses situations qu'ils rencontreront dans leur parcours. Cela leur sera peut être autant utile qu'avoir des bonnes notes à l'école.

Ce qui est assimilé facilement dans sa jeunesse peut être plus complexe à assimiler et à apprendre plus tard. De la même manière qu'il est plus facile de mettre un tuteur sur une jeune pousse qui penche un peu que d'essayer de redresser un arbre qui a poussé incliné.

Parmi les outils de développement et de bien-être que l'on peut leur transmettre, la méditation mérite d'être considérée. C'est en effet une pratique qui possède de très nombreuses vertus. Tout comme la prière, la récitation de mantra, la visualisation ou la plein conscience, la méditation traverse les siècles: les bienfaits, le sentiment de paix et de sérénité apportés, la gratuité de la pratique, la possibilité d'y recourir presque à chaque instant en sont très certainement la cause...

3) Bienfaits de la méditation

Si l'on étudie de façon rationnelle et scientifique, les bienfaits de la méditation, on peut en conclure très simplement que méditer est bénéfique en tout point de vu.

Bienfaits de la méditation sur le corps.

La pratique de la méditation a fait l'objet de nombreuses études cliniques. Il en ressort que cette pratique agit sur la santé globale et l'améliore nettement sur le plan curatif et surtout préventif.

  • Au niveau du système cardio-vasculaire on constate une diminution du rythme cardiaque et de la pression sanguine. Aussi, il est noté un ralentissement du rythme respiratoire et une augmentation de la capacité d'absorption de l'oxygène dans le sang.
  • Sur le cerveau, la pratique méditative permet une meilleure répartition de l'activité cérébrale ainsi qu'une synchronisation des hémisphères. Cela aboutit à une meilleure concentration et capacité d'apprentissage.
  • Au niveau des chromosomes, il a été observé que la méditation permet de ralentir le vieillissement et la dégénérescence des cellules.
  • L'action de cette pratique se fait aussi sur le système nerveux et le système immunitaire, atténuant les sensations de douleur, grâce à l'ocytocine, une hormone anti-inflammatoire et à l'endorphine, l'hormone anti-douleur.
  • Par une stimulation du système endocrinien et la diminution du taux de cortisol (l'hormone du stress), la méditation diminue l'anxiété et permet d'avoir un sommeil de qualité et de meilleures capacités cognitives.

Les bienfaits de la méditation sur les émotions et l'esprit

Les bienfaits de la méditation ne se limitent pas au plan physiologique. Elle agit aussi sur le plan émotionnel.

  • Le pratiquant crée une distance avec ses émotions et se laisse moins envahir par la colère, la peur ou les dépendances.
  • Ainsi il en découle une plus grande acceptation des évènements extérieurs et une meilleure capacité d'adaptation, une conscience plus neutre des émotions, pensées et sensations.

Enfin la méditation agit sur l'esprit et permet de développer la conscience de l'instant, des liens entre les êtres vivants, tout en développant les capacités empathiques et une plus grande compréhension de l'autre.
Petit à petit les perceptions s'affinent et la sensibilité aux énergies subtiles grandit...

4) Des manières ludiques de leur apprendre

L'image du moine zen qui reste des heures assis sans bouger à tendance à donner à la méditation un image quelque peu rebutante.

Or il n'y a pas que cette manière de pratiquer. Il existe des façons plus adaptées aux enfant de les amener à une pratique méditative. On peut développer des outils faciles d'accès, ludiques et créatifs pour arriver à des résultats rapides sans les décourager ni les écœurer.

Il n'est pas nécessaire d'être statique pour entrer en méditation!

La méditation se pratique aussi en mouvement, en marchant simplement, avec les yeux ouverts ou fermés, en se concentrant sur sa respiration, sur les sensations, les odeurs, les couleurs, sur une ou plusieurs parties de son corps.

La respiration est un bon point de départ de l'exploration intérieure, on peut notamment commencer par ressentir l'air frais qui entre dans les narines et celui plus chaud qui ressort.

On prend conscience en observant comment est notre respiration, comment elle se déroule, son amplitude, les endroits où l'air ne parvient pas, les douleurs, les blocages ou le bien être que l'on ressent. On peut aussi faire des exercices respiratoires simples comme la cohérence cardiaque. Le livre Cohérence Kid du Dr David O'Hare est une perle pour partager la respiration avec les enfants : composé d'explications théoriques simplifiées et de 47 respiroutines pour aborder le souffle de manière ludique et imagé. L'album Cohérence Kid Music, en lien avec le livre, propose 22 guides auditifs parmi les 47 du livre.

Il n'est pas nécessaire de faire le vide dans son esprit, on peut juste se détacher et laisser aller les pensées, les regarder passer, les observer comme un train qui s'éloigne. L'état méditatif s'obtient aussi en regardant une œuvre d'art ou un beau paysage, en écoutant de la musique, le bruit de l'eau ou le chant des oiseaux... 

 

Colorier des mandalas offre un bel état de présence à eux-mêmes pour les enfants. En jouant avec les couleurs, les formes, l'évolution de leur création, les enfants s'enrichissent de confiance en eux.

Pour bien le comprendre, c'est mieux de l'essayer. Cela dit, imaginer un enfant devant un joli mandala (comme ceux ci-joint de Nathalie Chappé), il commence à colorier un espace : c'est déjà beau ! Il peut déjà être satisfait de lui. Il continue à colorier un autre espace : c'est encore beau ! Il ancre dans la durée la confiance en lui.

Chaque espace colorié = un pas de plus ancré dans la confiance en lui, dans la conscience de sa créativité et dans son rapport à ce qui lui plait, contribuant à la construction de son identité, source et pilier de son avenir.

 

La méditation se pratique aussi de manière ludique, par des visualisations ou en racontant une histoire. Les enfants ont une grande faculté d'imagination, sollicitons la en s'amusant !

Lors d'une étude sur l'activité cérébrale, des scientifiques ont mesuré les parties du cerveau qui se mettaient à fonctionner, en fonction d'une sollicitation extérieure (comme la résolution d'un problème). Des sujets avaient gardé leurs capteurs lors de la pause. Les scientifiques furent très surpris en remarquant que l'ensemble des zones du cerveau s'activaient chez certains pendant ce temps de non solicitation. Quand ils leur ont demandé ce qu'ils avaient fait et à quoi ils avaient pensés, ces personnes ont déclaré qu'ils regardaient dehors en ne pensant à rien de particulier !

Ainsi les scientifiques se sont aperçus que lorsqu'on laissait vagabonder son esprit, le cerveau était mobilisé dans son ensemble, de façon plus optimale que pour la résolution d'un problème !!

Il est bon de laisser une place au non agir, laisser les enfants s'ennuyer parfois.
Les moments d'oisiveté sont une porte au lâcher prise, à la conscience de l'instant, à une plus vaste connexion au monde. C'est finalement cela que l'on peut proposer aux enfants quelque soit la méthode employée, d'être pleinement présent à l'instant, ce que certains bouddhistes appellent « la pleine conscience ».

5) Des bénéfices et outils pour la vie

Permettre à un enfant de développer une plus grande connexion au monde, une plus grande confiance et présence dans l'instant, d'explorer ses états intérieurs et d'apprendre à se connaître est un cadeau magnifique pour la vie.

Même s'il ne garde pas forcément de souvenir conscient de ses pratiques plus tard, il aura acquit des mécanismes qui lui seront utiles toute sa vie durant et se mettront en place de manière automatique.

Par exemple si l'on apprend à un enfant à bien respirer quand il est angoissé, il pourra, lors d'un examen, à l'approche d'un danger ou dans toute autre situation, mobiliser plus de ressources et mieux réagir.

Une meilleure connaissance de son corps lui sera utile tout au long de la vie, pour connaître ses limites et apprendre à les dépasser ou simplement se respecter (évitant ainsi incidents ou accidents).

Pour ce qui est du plan émotionnel, un enfant qui apprend à découvrir ses émotions, gagne en capacité de les exprimer et développer de l'empathie. Il vit de manière plus harmonieuse avec les autres, s’intègre plus facilement dans un groupe, au travail et dans la société. C'est un moyen de vivre une adolescence plus facile et d'arriver plein de ressources dans l'âge adulte.

N'hésitez pas à leur offrir les clefs pour accéder à leur espace intérieur et aller à la rencontre d'eux même!

Voici le premier album adressé aux enfants, parents et accompagnants pour nourrir les enfants de "vrai superpouvoir" :

https://desmusiquespourguerir.com/album-coherence-kid-music/

Découvrez également le guide pédagogique de l'album Cohérence Kid Music, pour en bénéficier non seulement grâce à la cohérence cardiaque, et la respiration, mais aussi grâce à la musique, grâce aux mouvements et au jeu : https://desmusiquespourguerir.com/guide-pedagogique-de-coherence-kid-music/

Article co-écrit par Anthony Doux et Loic Defert de l'équipe Symphonies Intérieures