Cohérence cardiaque, respiration guidée à l’école

Cohérence cardiaque, respiration guidée à l’école

Lorsqu’on pose la question aux enfants sur les mots qui leur viennent à l’idée lorsqu’on évoque l’école, ils répondent “devoir”, “apprendre”, “stress”, “contraintes”… Mais après 4 semaines de pratique de la cohérence cardiaque à l’école, en leur demandant à nouveau, les mots ont complètement changé : école = “plaisir “, “confiance”, “entraide”, “calme”… 

Du “faire stressant”, les enfants passent au “Être en confiance” en quelques semaines seulement !  

Qu’espérez de mieux pour les enfants sinon qu’ils puissent se construire dans la confiance et non dans la peur, qu’ils puissent apprendre en s’élevant, plutôt qu’en stressant de peur d’être rabaissé, qu’ils puissent être dans l’entraide en développant leurs atouts, leurs qualités et leurs forces plutôt que d’être jugé d’être bon ou mauvais?

Loin de la vieille école de la punition et de l’étiquetage, nous voici donc avec un pas de plus vers l’école rêvée. Une école où les enfants sont motivés pour y participer, avec une aide considérable : la respiration guidée et la cohérence cardiaque ! Facile à mettre en place et scientifiquement prouvée, la cohérence cardiaque et les respirations guidées participent à un apprentissage dans la joie, le calme et le respect de soi et de l’autre : pour que l’école soit un bonheur pour tous…

1 ) L’école : toute une histoire d’éducation !

2 ) Du stress à l’école au plaisir d’être en classe 🙂

3 ) Ressources pour aborder la cohérence cardiaque à l’école

1 ) L’école : toute une histoire d’éducation !

L’histoire de l’école

Si on se penche sur un cahier d’école de la fin du 19ème siècle, on ne peut qu’être surpris par le niveau de français, de mathématique, la calligraphie, et bien d’autres connaissances pratiques qu’avaient nos aïeux. La morale était enseignée chaque jours, ainsi que le patriotisme, les manœuvres militaires et le port du fusil… Les attentes envers les élèves étaient très dirigées vers la patrie. L’individu n’avait encore que peu de place hormis celle de servir la nation. La réussite et les bons résultats de l’école républicaine de Jules Ferry ont eu leur part dans le développement du pays et dans la mobilité sociale au 20ème siècle, sans oublier dans le fait de nourrir courage et esprit de sacrifice des soldats lors de la grande guerre.

Qu’en est-il aujourd’hui ?

On entend parler chaque semaine aux journaux télévisés de violence à l’école. Les études sur le niveau scolaire des enfants montrent un fort recul de la maîtrise des fondamentaux comme la lecture et le calcul mental. Et la position de la France dans ce domaine ne cesse de décroître selon les statistiques.

Au siècle dernier, le maître d’école était l’un des personnages les plus importants du village, la télévision n’existait pas et les livres étaient précieux. La société a fortement évoluée, l’institution scolaire tente de s’adapter. Les écarts de technologies et le rapide développement de nouvelles manières de communiquer créent des véritables fossés générationnels. Les structures familiales peinent à s’adapter aux bouleversements sociétaux alors l’école se retrouve à pallier à tous les mots de la société et tente de faire sa part du mieux qu’elle peut.

Quels sont les véritables enjeux de l’école aujourd’hui ?

Doit-on faire du contenu ou donner d’autres repères aux enfants? Le dilemme entre têtes bien faites et têtes bien pleines est toujours actuel ! Et en même temps, l’école se trouve aussi quelque fois avec le défi de remplacer des parents dans un autre aspect de l’apprentissage, qui est d’apprendre aux enfants à savoir être.

Mais on ne peut pas fonctionner comme au début du siècle dernier, remettre au goût du jour les cours de morale ou installer des militaires dans les écoles sans se pencher aussi sur d’autres facettes du rôle de l’éducation et du fonctionnement des enfants.

Aujourd’hui certaines recherches, expériences et études nous montrent qu’il est possible d’améliorer non seulement les résultats scolaires mais aussi le bien-être des enfants et de leur permettre d’éprouver du plaisir à apprendre.

La multiplication des écoles alternatives montre à quel point il y a une demande des parents pour une autre éducation. Des chercheurs comme Freinet, Steiner et Montessori se sont penchés sur un type différent d’éducation depuis plus d’un siècle. Un certain nombre d’écoles se revendiquent de cette manière d’appréhender la pédagogie. A l’heure actuelle les recherches continuent dans cette direction. On notera les travaux de Céline Alvarez qui, partant de la méthode Montessori (dont la maxime se rapproche de “Apprends moi à faire seul”), l’a enrichi en psychologie cognitive et comportementale ainsi qu’en neuro science et linguistique. Après avoir fait des tests « in vivo », elle affirme que c’est un ensemble de facteurs qui sous tend la réussite scolaire et que la reliance sociale joue un grand rôle sur l’épanouissement des enfants. Ses résultats sont très positifs.

Gymnastique et cantine ou bien hygiène corporelle et alimentation ?

La question de l’alimentation semble périphérique en ce qui concerne l’école, et pourtant… Pourtant certaines études montrent clairement le lien entre la consommation de sucre blanc raffiné et la baisse des facultés d’apprentissage, de concentration, d’activité synaptique et neuronale. D’autre part, la consommation de sucre serait liée à l’hyper activité voire aux comportements violents. La baisse de la consommation de sucre (non sans certaines difficultés car la dépendance au sucre est extrêmement forte) chez les enfants a une incidence sur l’ensemble des comportements, les facultés d’attentions et les résultats scolaires. Et il n’y a pas que le sucre… De manière générale, on le sait : bien manger = bien penser. Mais qu’est que “bien manger”? Manger beaucoup? Se nourrir d’une alimentation industrielle? De perturbateurs endocriniens?

La question se pose d’une alimentation saine et d’un rapport au corps différent. De nombreuses personnes militent pour placer cela au centre des préoccupations de la société.

Rassurons nous, l’école a la capacité de participer à apprendre des vrais habitudes de bien être. Déjà certaines écoles expérimentent le tai chi, le yoga, en contrepoint des activités physiques et de la gymnastique, et les résultant sont marquants. C’est là qu’interviennent aussi des pratiques corporelles et respiratoires qui visent au mieux être des enfants comme la cohérence cardiaque, dont nous parlerons plus tard.

Nouvelle technologie et hyper-communication :

Notre société évolue avec les nouvelles technologies qui se développent de manière exponentielles.

Il y a de nombreux point positifs dans ces nouveautés, notamment la mise à disposition de sommes de connaissances gigantesques. Cependant le recul que l’on a sur certains aspects des technologies est encore trop faible.

Des chercheurs ont montré que l’exposition aux écrans a une incidence sur la production de neurones d’une part et que cela contribue à une sur-sollicitation du mental, ceci au détriment du bien être corporel. Dans le cas des jeux vidéos, c’est le système nerveux qui est sollicité mais sans activité physique, d’ailleurs les fabricants mettent en garde les usagers des désagréments et risques auxquels ils s’exposent, comme l’épilepsie. Or, nous passons de plus en plus de temps sur nos écrans. On voit d’ailleurs un accroissement du nombre de jeunes portant des lunettes, et une augmentation de l’obésité chez les adolescents.

Enfin dans ce monde de réalité virtuelle, dans lequel les individus sont de plus en plus connectés, on s’aperçoit que malgré les apparences, les gens se trouvent de plus en plus isolés et la solitude est une des causes de souffrance les plus communes. Les jeunes sont de plus en plus coupés de leur environnement et dans certains cas ne connaissent que très peu la nature et les espèces qui la peuplent.

Comment l’école va procéder pour créer des liens et apprendre à construire des relations sociales, remettre les humains au contact avec la nature, en vivant avec son évolution technologique sans pour autant opposer ces différentes tendances? C’est là un point crucial de l’avenir et du bonheur des générations futures.

2 ) Du stress à l’école au plaisir d’être en classe.

 Stress à l’école

Un des points qui mérite toute notre attention c’est l’état intérieur de nos enfants. La question du stress à l’école n’est pas souvent abordée, elle est pourtant un point clef qui explique en partie les difficultés et l’absence de réussite de certains élèves. Si nous imaginons que les écoles sont un havre de paix, un petit nid dans lequel tous peuvent s’épanouir en sécurité, ce n’est pas foncièrement le cas. (Voir ce mémoire de fin d’études de Mélanie Bifrare : Stress à l’école). Les enfants souffrent de maux similaires à ceux des adultes !

Dans l’enfant et l’adolescent anxieux. Les aider à s’épanouir ((2005) Paris, Odile Jacob) Servant D. écrit que parmi les principaux stress de 4 à 7 ans, il y a les performances scolaires et les relations sociales avec l’entrée à l’école primaire. A partir de 7 ans, l’école elle-même, tout comme les punitions deviennent facteurs de peurs et d’anxiétés ! A partir de 13 ans, viennent s’ajouter les peurs de parler en public, de ne pas être à la hauteur, d’être jugé par les autres, etc. Le stress s’immisce dans la vie de l’écolier insidieusement progressivement. Le stress prend petit à petit du terrain sur la joie du jeune enfant, son grand sourire et sa grande énergie.

Si on peut dire que le stress agit comme un catalyseur et que le bon stress est un stimulant, à l’opposé, il devient un inhibiteur et agit à l’inverse en empêchant les enfants de se concentrer sur leur apprentissage. Que ce soit l’angoisse de la séparation avec les parents en maternelle, l’anxiété liée à la performance scolaire plus tard, ou la peur du jugement et du regard des autres, les causes de stress sont nombreuses pour les enfants en milieu scolaire. Ceux-ci n’ont pas forcément la possibilité de l’exprimer et d’y faire face. A cela il peut y avoir aussi d’autres causes d’anxiété extérieures liées au contexte familial, social et plein d’autres facteurs qui peuvent perturber les enfants au détriment de leur bien être et capacité de réussite à l’école.

Bien entendu, de nombreux chercheurs et enseignants sont à pied d’œuvre pour mettre en place de nouveaux outils pour venir en aide aux enfants et leur permettre de mieux vivre leur scolarité pour aussi se préparer à bien vivre leur vie d’adulte.

A ce titre, l’outil de la cohérence cardiaque mérite vraiment toute l’attention des parents et des professeurs. En effet, cette méthode développée par des médecins et scientifiques est simple et facile d’approche et de mise en place. Elle permet d’obtenir rapidement de très bons résultats. Le stress est transformé en motivation et courage. Un miracle? Non, plutôt une prise de conscience :

Étude en milieu scolaire

Une étude sur la cohérence cardiaque a été menée par un groupe d’enseignant dans l’académie de Poitiers, quels en sont les résultats ?

Petit rappel sur la cohérence cardiaque

La cohérence cardiaque est un état qu’on peut atteindre par quelques minutes de respiration à un tempo bien précis. Le docteur David O’Hare qui s’est spécialisé dans ce domaine, l’explique très bien dans ses ouvrages « Cohérence cardiaque 365 » et « Cohérence kid ».

Comment ça marche ? La respiration fait partie du système nerveux autonome. Elle se fait naturellement, souvent sans intervention consciente de notre part et nous permet d’apporter l’oxygène à l’organisme. Cet oxygène est essentiel, il va circuler par le sang et alimenter les muscles pour soutenir un effort musculaire ou emmagasiner des réserves lors de périodes de repos. La nature a doté l’ensemble des animaux d’une capacité à mobiliser de l’énergie et des ressources lors d’une période de stress. Face à un danger, pour assurer la survie de l’individu, la respiration et le rythme cardiaque s’accélèrent, et la quantité d’air disponible augmente ce qui soutien l’effort musculaire qui servira à fuir ou combattre. Bien entendu, lors d’un effort important le corps consomme ses ressources.

Ce système automatique est toujours en fonction dans notre corps, cependant les menaces extérieures ont beaucoup changé. Nous vivons avec parfois de forts niveaux de stress (sans s’en libérer physiquement comme dans la fuite et le combat), un niveau de stress diffus mais constants qui nous amène à consommer beaucoup d’énergie et à épuiser notre organisme en sollicitant de manière déséquilibrée notre système autonome.

La cohérence cardiaque nous permet de reconnecter avec cette partie de nous et de pouvoir mieux gérer ses ressources internes par des simples exercices respiratoires. En modulant sa respiration à un tempo d’environ 6 respirations complètes par minutes, on arrive à harmoniser le rythme cardiaque et faire osciller son adaptabilité suivant une courbe régulière.

Des guides visuels et des guides auditifs musicaux nous aident à pratiquer la cohérence cardiaque. C’est facile, ludique et intuitif. Avec les guides auditifs, on profite aussi des musiques relaxantes ou dynamisantes. Dans ce cas, aux bienfaits de la cohérence cardiaque sur l’apprentissage, s’ajoutent ceux de la musique. (Voir Ressources pour aborder la cohérence cardiaque à l’école)

Les superpouvoirs de la cohérence cardiaque. La cohérence cardiaque possède de nombreuses vertus, tout d’abord sur la santé, pour le système cardio-vasculaire, mais aussi le système nerveux. Préconisée par les cardiologues pour prévenir les risques cardio-vasculaire, elle possède un effet curatif et surtout préventif. Ses bienfaits dépassent le cadre physiologique et favorisent l’équilibre émotionnel.

L’état de cohérence cardiaque permet de mieux se centrer et s’apaiser, d’améliorer ses capacités cognitives et de favoriser la résilience, capacité à faire face aux situations difficiles. En apprenant à moduler ses inspirations et ses expirations, on arrive à se dynamiser ou se détendre, à trouver des ressources nouvelles et un vrai équilibre intérieur.

Cette méthode est simple et efficace, elle est facile à mettre en œuvre au quotidien, car on peut prendre 5 minutes plusieurs fois par jours pour la pratiquer. Cela ne nous demande qu’un peu de régularité et de persévérance avant d’en ressentir les bienfaits.

 

L’étude menée en milieu scolaire dans l’académie de Poitiers

L’étude dont nous ferons cas a été réalisée dans la Vienne, dans l’académie de Poitiers auprès de 786 élèves et 25 enseignants durant l’année scolaire 2017-2018. Cette étude se situait dans le cadre de la conception et l’aménagement des environnements d’apprentissage pour les élèves de l’école primaire. C’est le rectorat de l’académie qui, avec des chercheurs et enseignants, s’est lancé dans ce projet avec l’optique d’améliorer le bien être des élèves et des enseignants et ainsi de construire “l’école de demain.”

C’est dans ce contexte qu’a été testé la pratique de la cohérence cardiaque au travers de séances quotidiennes de respirations guidées, pour en analyser les effets durant plusieurs semaines. Les élèves étaient invités à suivre des guides visuels ou certains guides auditifs de l’album Coeur Symphonique. 

Ce travail s’est basé sur la méthode proposée par le docteur David O’Hare dans ses livres « Cohérence cardiaque 365 » et « Cohérence kid ». Ce dernier est un ouvrage spécialement créée pour les enfants et leurs encadrants (parents ou enseignants). Le docteur David O’Hare a aussi participé à cette étude en tant que conseiller pour transmettre ses méthodes, techniques et exercices. Les résultats de l’étude ont permis de valider ses recherches en fournissant un terrain d’application avec une belle opportunité de mise en pratique sur un grand échantillon, tout en ayant en comparaison un groupe témoin.

C’est tout d’abord sur l’équipe pédagogique que ces exercices de respiration ont été testés. Un mois plus tard, les enfants ont pratiqué les respirations guidées systématiquement lors de chaque entrées en classe, au retour des récréations et de la cantine.

Quels facteurs mesurer ?

Ce qui est intéressant dans cette étude c’est que les premiers sur lesquels des tests ont été effectués furent les membres de l’équipe pédagogique. A été évalué le niveau de stress perçu par les enseignants, et a été réalisé une étude complète des différents facteurs qui entrent en jeux dans la dynamique d’apprentissage et dans l’ambiance générale de la classe.

C’est ce que les chercheurs appellent les facteurs cognitifs, les connaissances et habilités ; conatifs, les buts et motivations ; et affectifs, la personnalité.

Ces 3 facteurs sont liés et définissent le champs dans lequel se situe l’enseignant, et comment celui-ci peut agir pour améliorer le contexte d’apprentissage et le climat scolaire. Pour les élèves, l’étude s’est penchée sur la notion d’estime de soi, sur la motivation et sur les résultats des apprentissages. Des groupes test ont permis de comparer les résultats.

 

Quels résultats ?

LES RÉSULTAT FURENT TRÈS POSITIFS et au bout d’un mois il était facile de mesurer une amélioration des relations entre les individus, de la confiance en soi et de l’engagement, des enfants comme des enseignants. Les enfants étaient plus attentifs lors des énoncés et restaient concentrés beaucoup plus longtemps, ce qui a amélioré le climat de la classe et l’atmosphère de travail. L’enseignant n’avait plus à re-mobiliser des enfants déconcentrés comme c’était le cas auparavant. Les résultats scolaires se sont améliorés rapidement.

Petit à petit, grâce à la cohérence cardiaque, les enfants accèdent à un état de bien être intérieur induit par la respiration, leur mental s’apaise sans qu’ils se rendent compte au début de ce qui se joue en eux. Ils prennent tout simplement conscience de leur corps et se recentrent. Le fait de pratiquer en groupe les amènent à développer l’attention aux autres et de renforcer l’esprit communautaire et l’empathie. Le fait de prendre du temps pour respirer et pour se recentrer, redonne un esprit clair aux enfants, en les plaçant dans l’ici et maintenant.

Ce qui est intéressant de noter c’est la rapidité d’obtention de résultats, autant du point de vue qualitatif que quantitatif, surtout au regard du peu de temps passé à la pratique de la cohérence cardiaque (4 semaines d’expérience) et de la simplicité de la méthode.

Et oui! Quelques minutes de respiration par jour peuvent avoir autant d’incidences sur un groupe d’enfant et amener à de tels résultats !

Alors, quand on prend connaissance de ces travaux et des formidables opportunités qui s’offrent à nous, on se rend compte qu’il existe des moyens simples, peu couteux et rapide d’améliorer les résultats et surtout l’envie et le bien être de nos enfants à l’école. 

  • Si on se place du point de vue de la rationalité scientifique, il serait impératif de généraliser ces pratiques à l’ensemble des écoles et, en apprenant chacun à respirer, on améliorerait très rapidement la situation de l’école aujourd’hui.
  • Si on se projette un peu on pourrait affirmer que ces pratiques nous permettraient de résoudre bon nombre de maux de notre société à moyen terme. Car les autres bienfaits de la cohérence cardiaque concernent la santé des personnes (aspects qui ne sont pas mesurés dans l’étude mais qu’il serait intéressant d’étudier à plus long terme.)
  • Enfin, si on se place d’un point de vue plus largement philosophique, il apparait que la cohérence cardiaque nous amène à revenir au centre de notre être par la respiration. C’est un retour sur la pensée cartésienne car on se rend compte aujourd’hui que le mental ne peut pas être placé au dessus du reste du corps et que la conscience est finalement quelque chose de plus vaste. Par exemple, nos neurones sont plus nombreuses dans les parois des intestins que dans le cerveau et il transite plus d’information du ventre au cerveau par le nerf vague que l’inverse. D’autre part, le champ électromagnétique de notre cœur possède un rayonnement supérieur à celui du cerveau. Nous sommes en route pour redécouvrir la sagesse du corps et du cœur, ce que nos anciens connaissaient depuis toujours. Voyons-nous arriver une nouvelle époque qui dépasse le “je pense donc je suis” pour arriver à “je respire donc je suis”?

Découvrez tous les détails de cette étude sur la cohérence cardiaque en milieu scolaire : 

http://ww2.ac-poitiers.fr/meip/spip.php?article396

Voici une vidéo de pratiques de la cohérence cardiaque (au bout de trois semaines de l’étude)

à l’aide de mouvements, de guides auditifs de l’album Coeur symphonique et de guides visuels.

Cette vidéo a été présentéepar Eric Zahnd au Premier Congrès de Cohérence Cardiaque.

On y voit de nombreuses pratiques de la cohérence cardiaque,

ainsi que les solicitations de la part des enfants qui se transforment en autonomies, confiances et entraides…

 

3 ) Ressources pour aborder la cohérence cardiaque à l’école

Pour les parents ou les enseignants qui souhaitent eux aussi mettre en pratique la cohérence cardiaque, des outils sont à votre disposition afin de vous permettre de mieux comprendre ce qui se joue dans cette approche, vous faciliter la mise en pratique et vous fournir des supports adaptés pour pratiquer en musique, de façon simple et ludique. 

C’est l’ouvrage de référence du docteur David O’Hare sur la question. Il explique d’une façon très simple et très précise le système de fonctionnement du corps humain et notamment du système nerveux autonome. On comprend très vite, ce qui se passe dans notre corps, le lien entre les battements du cœur et la respiration, et ce qui se passe à notre insu quand on n’en prend pas conscience. Puis il nous présente tout un panel de manières de respirer, leurs incidences sur notre corps et sur les émotions. Il aborde ce qui se développe en nous, à savoir, quelles qualités grandissent à mesure que la pratique s’installe. Enfin il propose près de 50 exercices différents, des “respiroutines” qui sont autant de manières d’explorer la cohérence cardiaque avec les enfants (et aussi les adultes) dans la joie et la légèreté, tout en proposant un véritable programme de développement intérieur.

Ce livre est d’une grande richesse et extrêmement simple à explorer : nul doute qu’il finira entre les mains de tout ceux qui travaillent avec des enfants et de chaque parents. Et pourquoi pas un jour être offert par la sécurité sociale ou l’inspection académique…

C’est un disque qui a été écrit et composé par Anthony Doux en collaboration avec David O’Hare afin de servir de support et d’illustrer musicalement 22 des “respiroutines”, ces exercices respiratoires décrits dans le livre Cohérence Kid.

Vous pourrez choisir la musique ou la piste qui correspond à vos besoins avec les enfants :
– Des respiroutines musicales pratiques : de deux minutes à quatre minutes selon le temps que vous avez.
– Des musiques adaptées : planantes pour développer l’imaginaire, enveloppantes pour se centrer, rythmées pour ouvrir le jeu, accompagnante pour cultiver le lien, simples pour entrer dans le mouvement et fluides pour entrer dans la danse.
– Des respiroutines musicales pour tous les moments de la journée : le réveil, le besoin de réconfort, le besoin de jouer, le besoin de se relier à la nature, de se relier aux autres, le coucher…
– Des instruments rares ou inconnus, à découvrir: l’accordéon, le kigonki, le talking drum, la flûte coulissante, la kalimba.

Découvrez le guide pédagogique de l’album Cohérence Kid Music pour bénéficier de tout le potentiel de cet album: https://desmusiquespourguerir.com/album-coherence-kid-music/

  • Cœur symphonique : album varié, idéal pour petits et grands

Un album créé par Anthony Doux avec des compositions harmonisées à la cohérence cardiaque. Le son de l’accordéon, dont le mouvement est identique à la respiration, accompagne et facilite cette méditation basée sur le souffle.

A l’aide de 13 univers sonores, on voyage en écoutant la musique ou en entrant en état de cohérence cardiaque à l’aide de la respiration. Respirer… Vibrer… Sourire… Accordéon, bols tibétains, diapasons thérapeutiques, carillons, tambour, machikoué, voix et chant diphonique accompagnent la respiration.

https://desmusiquespourguerir.com/coeur-symphoniqu…et-de-la-musique/

  • Autres albums pour prolonger l’exploration : Caresse, Coeur Symphonique 432, Amplitude

Anthony Doux a composé aussi d’autres albums pour la pratique de la cohérence cardiaque, en voici quelques uns :

L’album “Caresse”l’addition des bienfaits de la cohérence cardiaque, des fréquences sacrées et de la ronronthérapie est extrêmement conséquente. Agir libre avec lucidité, retrouver votre potentiel, le sommeil et le sourire suffit déjà pour saisir que Caresse va vous accompagner longtemps. Détente, harmonisation, sérénité, douceur… Le ronron de “Mouche” transporte, ressource et apaise profondément.

https://desmusiquespourguerir.com/coherence-cardiaque-ronrontherapie/

L’album “Coeur symphonique 432″ a été créé pour offrir à ressentir les nombreux bienfaits de la cohérence cardiaque et de l’accordage en la 432 hz. L’album Coeur symphonique 432 permet de respirer avec les trois mouvements de base.

https://desmusiquespourguerir.com/coeur-symphonique-432/

L’album “Amplitude” va vous aider à goûter aux bienfaits de la cohérence cardiaque d’une manière agréable et fluide. La voix d’Armelle Tréguier, sophrologue, vous accompagne vers la détente. La musique d’Anthony Doux accompagne votre énergie. Tout en prenant conscience de votre corps, vous respirez, naturellement, guidé(e) par la musique.

https://desmusiquespourguerir.com/besoin-de-changer-denergie-respirez-avec-amplitude/

Tous les albums sont disponibles matérialisés sur https://www.symphonies-interieures.com/shop et en téléchargement sur https://www.symphonies-interieures.com/musique

Bonne écoute et bonne découverte de la cohérence cardiaque!

(Visited 473 times, 2 visits today)