3 habitudes zen à pratiquer au quotidien

« Zen, soyons zen »

« Zen, soyons zen », comme le chante Zazie. “Zen” est un mot à la mode, que l’on entend partout. Un mot rentré dans le langage courant, galvaudé à force d’être utilisé également par les publicitaires pour faire vendre des produits. Comme si on pouvait acheter un état d’être.

Alors qu’entend-on par zen? Le zen est un état intérieur, une ode à la vacuité, au vide originel dont est issu la création. Venu d’extrême orient, du pays du soleil levant, il évoque les moines qui passent des heures à méditer le dos droit sans bouger d’un pouce. Comment se fait-il que ceux qui pratiquent les attitudes zen comme les méditants puissent y trouver autant de bonheur et de complétude? Même si on ne pratique pas la méditation, il est bon de s’interroger sur ce qu’il y a de positif à prendre dans la « zen attitude », de regarder ce qu’on souhaiterait améliorer de notre santé, de nos relations et, de notre manière de percevoir la vie et ses aléas.

L’état “zen”, une solution possible face à l’accélération de nos rythmes de vie, et au fait que l’on soit de plus en plus pressuré par des facteurs extérieurs contraignants et que l’on se détourne de notre être véritable en agissant de manière automatique. Car avoir une attitude zen, c’est entrer dans son intériorité pour élargir sa conscience et communier plus intensément avec l’univers.

Nous sommes capable de trouver pleins d’arguments pour ne pas s’occuper de soi. Et en continuant sur notre lancée, aller jusqu’au burn-out ou jusqu’à la maladie grave. Pourtant, est ce que le “zen intérieur” est vraiment hors de portée? Commencer par prendre 5 minutes pour soi change notre énergie, au moins pour quelques heures, et nous aide à être plus heureux, plus lucide, à prendre de meilleures décisions en lien avec nos envies et besoins fondamentaux. Bonne nouvelle et cadeaux de la vie : la palette de pratiques pour améliorer notre vie est très large ! Il existe une quantité pléthorique de choses à faire pour contribuer de manière consciente à son bien être intérieur. A chacun de trouver ce qui lui convient foncièrement.

Pour vous donner quelques outils faciles à mettre en place, nous avons sélectionné 3 manières de devenir plus zen, comme 3 portes ouvertes sur des champs d’exploration : des choses simples d’accès, agréables et ludiques, mais qui ont fait leur preuves et rendent possible un véritable changement dans bien des domaines de la vie courante. Car si on ne peut pas changer certaines situations dans la vie, on peut changer la manière que l’on a de les percevoir et ainsi les aborder plus confortablement.

“Il faut être fou pour s’attendre à des résultats différents en faisant toujours la même chose”. Albert Einstein.

Cet article participe à l’évènement “3 habitudes indispensables pour être zen au quotidien” du blog Habitudes Zen. Ce blog propose des solutions simples et efficaces pour améliorer notre vie. Il apporte un éclairage nouveau avec un angle de vue différent comme dans cet article sur la simplicité.

1ère habitude zen    ➽    5 minutes pour respirer : la cohérence cardiaque

2ème habitude zen   ➽    Ecouter “véritablement” de la musique

3ème habitude zen   ➽    Mettre de la couleur dans sa vie : la pleine conscience par les mandalas

 

1) 5 minutes pour respirer : la cohérence cardiaque

Adieu stress, bonjour repos, zenitude et régénération…

La cohérence cardiaque est une habitude zen facile et efficatissime, idéale pour prendre un bon bol d’air dans la journée et pour respirer la santé ! “Être en cohérence cardiaque”, c’est non seulement poétique, c’est aussi concret : la cohérence cardiaque est un état atteint par quelques minutes de respiration à un tempo bien précis. Le docteur David O’Hare qui s’est spécialisé dans ce domaine, l’explique très bien dans ses ouvrages « Cohérence cardiaque 365 » et « Cohérence kid ».

Comment ça marche ? La respiration est en relation directe avec le système nerveux autonome. Elle se fait naturellement, souvent sans intervention consciente de notre part et nous permet d’apporter l’oxygène à l’organisme. Cet oxygène est essentiel, il va circuler par le sang et alimenter les muscles pour soutenir un effort musculaire ou emmagasiner des réserves lors de périodes de repos.

La nature a doté l’ensemble des animaux d’une capacité à mobiliser de l’énergie et des ressources lors d’une période de stress. Face à un danger, pour assurer la survie de l’individu, la respiration et le rythme cardiaque s’accélèrent, et la quantité d’air disponible augmente, ce qui soutien l’effort musculaire qui servira à fuir ou combattre. Bien entendu, lors d’un effort important le corps consomme ses ressources.

Ce système automatique est toujours en fonction dans notre corps, cependant les menaces extérieures ont beaucoup changé. Nous vivons avec parfois de forts niveaux de stress, diffus mais constants, ce qui nous amène à consommer beaucoup d’énergie et à épuiser notre organisme en sollicitant de manière déséquilibrée ce système autonome.

La cohérence cardiaque nous permet de reconnecter avec cette partie de nous et de pouvoir mieux gérer ses ressources internes par des simples exercices respiratoires. En modulant sa respiration à un tempo d’environ 6 respirations complètes par minutes, on arrive à harmoniser le rythme cardiaque et faire osciller son adaptabilité suivant une courbe régulière.

Des guides visuels et des guides auditifs musicaux nous aident à pratiquer la cohérence cardiaque. C’est facile, ludique et intuitif. Avec les guides auditifs, on profite aussi des musiques relaxantes ou dynamisantes.

Les bienfaits de la cohérence cardiaque. La cohérence cardiaque possède de nombreuses vertus, tout d’abord sur la santé, pour le système cardio-vasculaire, mais aussi concernant le système nerveux. Préconisée par les cardiologues pour prévenir les risques cardio-vasculaire, elle possède un effet curatif et surtout préventif. Ses bienfaits dépassent le cadre physiologique et favorisent l’équilibre émotionnel.

L’état de cohérence cardiaque permet de mieux se centrer et s’apaiser, d’améliorer ses capacités cognitives et de favoriser la résilience, capacité à faire face aux situations difficiles. En apprenant à moduler ses inspirations ou ses expirations, on arrive à se dynamiser ou se détendre, trouver des ressources nouvelles et un vrai équilibre intérieur.

Cette méthode est simple et efficace, elle est facile à mettre en œuvre au quotidien, car il est simple de prendre 5 minutes quelques fois par jours pour la pratiquer. Cela nous demande un peu de régularité et de persévérance, mais les premiers bienfaits ressentis sont rapides.

Intéressant pour les grands comme pour les petits ! A pratiquer seul, en famille, ou à plusieurs ! A vous d’expérimenter cette habitude zen, aux nombreux bénéfices pour la santé, maintenant !

2) Ecouter “véritablement” de la musique

Besoin de changer d’énergie, besoin de sortir de la tension du travail? A l’écoute de votre SOS intérieur, prenez un “SAS” vibratoire : un sas de décompression enveloppé par la musique. Un sas, sous-entend un environnement sécurisé et tranquille où vous ne serez pas dérangé. Et pour que le sas vibratoire soit efficace et nourrissant, préférez une musique qui vous procure du bien et qui soit en relation avec votre besoin! Quelle musique choisiriez-vous si vous pensez : ” je suis ce que j’écoute” ? C’est important de comprendre et de sentir que notre état intérieur se synchronise avec la musique que nous écoutons “véritablement”. Elle va ainsi nous apporter bien plus que nous l’imaginons…

La pratique de la musique et du chant est universelle, et date de la préhistoire dans l’humanité. Souvent inspirés par la nature et les oiseaux en particulier, les humains ont ainsi essayé de reproduire les sons de leur environnement jusqu’à des élaborations très complexes. Au XXème siècle, le compositeur Olivier Messiaen, passant des heures à écouter les chants d’oiseaux, a retranscrit ses derniers dans sa musique colorée et spirituelle.

La musique quelle qu’elle soit, a un effet sur l’organisme. Nous sommes tous touchés par certaines chansons et musiques, qui nous apaisent ou nous dynamisent. Personne n’est insensible à la musique.

Lénine confessa un jour, alors qu’il venait d’écouter une sonate de Beethoven: 

«Je ne peux pas écouter de la musique trop souvent, cela me donne envie de dire des bêtises et de caresser la tête des gens »

Si on se penche sur l’aspect physique de la musique, le son est lié à la propagation d’une onde acoustique. Sa fréquence, son intensité et son timbre le définissent. Sans rentrer dans des explications trop complexes, on peut mesurer les effets d’un son sur un corps physique.

  • A ce titre les travaux du Dr Emoto sur l’eau et la musique sont intéressants et révélateurs. Il a photographié des cristaux d’eaux et montre comment ils réagissent en fonction de différentes musiques.
  • D’autres travaux comme ceux de Fabien Maman décrits dans son ouvrage « le Tao du son » montre à quel point les sons peuvent agir sur les cellules. Il a notamment fait des recherches sur les sons acoustiques et les cellules cancéreuses.
  • Enfin, les travaux de Joel Sternheimer sur les ondes ouvrent des perspectives merveilleuses, comme par exemple la stimulation du système immunitaire des plantes grâce à des « protéodies », musiques qui favorisent la synthèse des protéines.

Ces quelques exemples nous montrent à quel point le son impacte les profondeurs de l’être, jusqu’aux plus infimes particules. La matière est une onde, si on se réfère à la physique quantique.

Pour revenir à la question qui nous motive, la musique, le chant, les sons sont de véritables outils de guérison, de bien être au quotidien. Le moyen le plus évident et ouvert à tous est d’écouter de la musique. Chaque style de musique amène à un état intérieur différent, et certaines musiques peuvent nous plonger dans un état de relaxation et de détente proche de l’état méditatif.

Ecouter et danser

A l’écoute de la musique, danser est aussi très important car cela amène à vivre la musique, à transformer l’onde dans un mouvement et à devenir musique. Les peuples de tous les continents ont des musiques et des danses traditionnelles qui revêtent un caractère thérapeutique. Par exemple la musique des confréries gnawa au Maroc est spécifiquement jouée dans cette optique. On comprend pourquoi de nos jours les stages et ateliers rassemblant danse, mouvement, musique et respiration sont de plus en plus courants (comme par exemple les stages de CCMS : Cohérence Cardiaque et mouvement spontané)

Ecouter et jouer

Et si vous n’êtes pas musicien, pourquoi ne le deviendriez-vous pas? Il existe des instruments faciles d’accès, des flûtes, kalimbas, petites percussions et tambours chamaniques, qui ne demandent pas de grandes technicités et permettent de pratiquer simplement la musique et d’en ressentir les bienfaits. Des instruments comme les n’goni ou certaines harpes lyres sont très abordables, car elles n’ont pas beaucoup de cordes, et elles sonnent agréablement d’office quand l’instrument est accordé. Et pour ceux qui ont du mal à accorder un instrument, il existe des accordeurs chromatiques pour vous faciliter la tâche.

Si vous pensez ne pas avoir de sens du rythme, c’est que vous oubliez que le rythme est partout, dans vos pas, votre cœur, votre respiration, le jour et la nuit, les saisons et tellement de choses en vous et autour de vous. Alors n’attendez plus ! Lancez-vous dans une nouvelle aventure : devenez les musiciens de votre vie et jouez votre partition. Vous gouterez ainsi à un nouveau bonheur, tout en sollicitant le cerveau, en équilibrant vos hémisphères cérébraux et développant votre confiance en vous ! Et n’oubliez pas que l’instrument le plus complet et complexe qui soit, réside à l’intérieur de vous : c’est vos cordes vocales et votre voix. A vous de vous exprimer !

 

3 ) Mettre de la couleur dans sa vie : la pleine conscience par les mandalas

Aspect physiques de la lumière

  • Le son et la lumière possèdent des caractéristiques communes. Ce sont des formes d’énergies qui, créées par une source, se propagent selon des ondes comme l’écrit le chercheur Bernard Valeur. Pour nos yeux et nos oreilles d’humains, on ne perçoit qu’une partie du spectre lumineux et sonore, pourtant il nous affecte dans sa totalité. Par exemple les infrasons nous affectent sans que l’on s’en rende compte et les ultraviolets nous donnent des coups de soleil sans que nous les percevions.
  • La différence entre les ondes lumineuses et sonores est que les ondes lumineuses peuvent se propager dans le vide : ce qui nous permet de voir la lumière des étoiles qui a parcouru l’espace, et son vide intersidéral.
  • Un autre point intéressant, si on se réfère à la physique quantique est que la lumière est onde mais aussi matière, car les photons qui la composent sont aussi des particules.
  • Notre œil capte des ondes électromagnétiques qui ne sont pas colorées. C’est notre cerveau qui reconstruit ce que perçoivent nos yeux et l’information qui lui est transmise par le nerf optique.
  • Quand nous voyons une lumière blanche qui pourtant contient toutes les couleurs de l’arc en ciel, c’est notre rétine qui mélange les couleurs.

 

Utilisation des couleurs

Il est clair que les fréquences lumineuses des couleurs ont une incidence sur notre psyché, et la lumière comme le son peuvent être de très bons outils pour transformer nos états intérieurs.

  • La lumière du soleil et les couleurs de la nature sont d’évidence la première source de bien être à notre portée, quotidiennement disponible. On se rend compte à quel point notre humeur peut être liée aux conditions d’ensoleillement et à quel point notre moral est bas en fin d’hiver, après avoir passé trop de temps sans lumière.
  • Aussi, la nature et ses couleurs nous influencent, la couleur verte y domine largement. Cette couleur n’est ni chaude, ni froide. Le vert est en quelque sorte neutre et nous offre la possibilité de réguler notre humeur. Le vert de la nature apporte du bien être à chacun quelque soit son état intérieur.

  • Dans la culture indienne, on associe des couleurs aux différents centres d’énergie appelés chakras. Chaque centre d’énergie est lié aux différents organes et glandes endocrines que l’on peut stimuler avec les couleurs appropriées.
  • Dans la médecine chinoise, les systèmes d’organes et de viscères sont aussi associés aux éléments et à des couleurs et, dans certaines cures, on demande au patient de manger des aliments de certaines couleurs. D’ailleurs en cuisine, un plat coloré aura toujours l’air plus appétissant. Les moines taoïstes composaient des plats à trois couleurs.

A nous d’expérimenter les couleurs qui nous font du bien à des moments précis, suivant les saisons et nos états intérieurs, dans notre habillement, décoration intérieure, et lors de méditations. Devenir de plus en plus conscient et utiliser les couleurs pour se dynamiser ou s’apaiser est un vaste champ d’exploration dans lequel il vous appartient de naviguer selon vos goûts et humeurs et aussi vos références socio-culturelles, car il n’y a que vous qui savez ce qui vous est bénéfique !

Couleur et forme

Comme la musique, l’utilisation des couleurs (à travers l’art, le dessin…) est quelque chose de commun à l’ensemble des populations du globe depuis les temps les plus anciens.

Pour entrer dans un état méditatif, le dessin ou la peinture sont des outils privilégiés, soit en prenant le temps de regarder, ou encore en pratiquant un art coloré, en créant ou en coloriant.

Afin de rentrer dans la pratique de l’application des couleurs, une des approches intéressantes et simples à mettre en place est le mandala. A colorier ou à faire soi même. C’est un moyen de rentrer en méditation ou en prière, de se laisser infuser par l’énergie des couleurs et de les faire résonner en nous. Les effets vibratoires des ondes de la lumière et des couleurs se retrouvent démultipliés quand l’onde et la forme se rejoignent.

Alors à vous de prendre un moment pour vous baigner dans le monde des couleurs, de vous offrir un moment de créativité et de bien être.

” Les couleurs ne sont pas seulement les exploits de la lumière, ce sont aussi les exploits du moi. Nous ornons le monde avec elles et nous le faisons pour nous.”

Goethe

 

 

Voilà donc trois chemins possibles vers une attitude zen.

Leur point commun réside dans le fait qu’ils sont tous les trois liés à la notion d’ONDE et de FRÉQUENCE. Que ce soit par l’approche de la respiration avec la cohérence cardiaque, du son avec la musique ou de la lumière par les couleurs, nous approchons l’un des aspect les plus importants de notre réalité que les dernières théories scientifiques tendent à corroborer : c’est l’idée d’une RÉALITÉ VIBRATOIRE.

La matière est formée de particules qui vibrent à des fréquences différentes. Notre être lui même est composé de particules organisées selon un ordre précis, le tout sous-tendu par une onde de forme qui nous traverse. Cette vision de l’être nous ouvre de vastes possibilités comme celle d’être les créateurs de notre réalité. Et c’est en cela que la recherche de la “zenitude” devient un besoin vital pour de plus en plus de personnes actuellement.

Nous cherchons tous à vibrer, à nous sentir vivant, heureux de vivre, en bonne santé et ressentir que nous faisons quelque chose pour notre être profond qui nous remplit de plénitude, de gratitude et donne un vrai sens à notre vie. Alors n’attendons plus, “soyons zen”! Dès à présent, prenons quelques minutes par jour et offrons-nous le luxe d’être complètement et entièrement avec soi !

(Visited 638 times, 3 visits today)