6 croyances qui empêchent d’être heureux

et comment les transformer!



“Il n’est rien au monde d’aussi puissant qu’une idée dont l’heure est venue.”
Citation attribuée à Victor Hugo.

Nos croyances, conscientes et inconscientes, DÉTERMINENT NOS CHOIX ET NOTRE VIE! Elles sont donc capitales et extrêmement puissantes !

Elles sont source de paix ou de guerre envers soi-même et les autres. Ou bien un socle sur lequel s’élever, grandir et s’épanouir, ou bien un marécage dans lequel on peut s’enliser et se noyer. Etre conscient de ce que l’on croit, le vérifier, le sentir par soi-même, aide à faire des choix structurants pour soi, dans le respect de qui nous sommes et dans le respect du vivant. Il n’y a pas de bonne ou mauvaise croyance, il y a juste des conséquences à ces croyances. Se demander “Quelles conséquences je veux vivre dans ma vie” aide à vérifier si nos propres croyances nous structurent ou si nous les subissons.

Nous en avons des milliers en nous, en voici 6 courantes qui, si on s’y accroche fermement, enlisent progressivement. Découvrons comment se donner de la liberté et sortir des enchainements mentaux.

  1.  6 croyances limitantes

  2.  S’écouter pour se comprendre

  3.  Formules magiques

  4.  Reformulation et Psychorésonance

 

1) 6 croyances limitantes qui mettent un mur entre le penseur et son bonheur.

1/Je dois être parfait : tout savoir, tout faire parfaitement bien, il faut que je sois à la hauteur de mes exigences.

Cette croyance est implicitement associer à “je dois tout savoir…pour être aimer”,  “je dois être et faire parfaitement… pour mériter l’amour des autres”

  • En fait, nous sommes déjà parfait(e) et nous sommes en même temps perfectible. Vivre une expérience (la vie) sous entend un apprentissage, une découverte, une progression, donc nous avons besoin d’être imparfait/perfectible pour cela, pour nourrir notre expérience,

Donnez-vous le droit d’être “imparfait(e)” selon votre définition de l’imperfection, et soyez libre et heureux, comme le partage Christophe André dans son livre à juste titre.

  •  S’il faut une raison pour être aimer, ce serait que nous sommes la vie, nous sommes vivant, nous sommes la Nature, nous sommes aimables par Nature. En fait, il n’y a pas de raison pour aimer et être aimé. 
  • Les exigences sont structurantes si elles sont à la bonne hauteur. Pour les placer au bonne endroit, demandez-vous “Est-ce que mes exigences sont raisonnables et réalisables? Respectueuses de qui je suis?” 

2/ Je crois que je dois tout porter, je suis capable de tout faire TOUT SEUL.

Entendez par là, “je me débrouille tout seul… comme ça je suis tranquille… et je ne demande rien à personne… et personne ne m’embête; Voilà, je suis dépendant !”

  • Soyez attentif, il pourrait bien s’agir d’un positionnement en réaction à la dépendance : pour ne pas être dépendant, je suis indépendant. Ce positionnement amène souvent au burn out, à l’épuisement. Il est plus salvateur d’être autonome (différent d’être indépendant), cela offre une liberté, dans un lien de confiance en soi et d’estime de soi.
  • La séparation est une illusion, nous ne sommes pas seul. La vie, l’univers, les cellules, les organes, la Nature, les minéraux, les végétaux, les animaux, les êtres humains, nous sommes tous unis. La science quantique rejoint aujourd’hui les sagesses ancestrales qui affirment cela depuis des millénaires. L’identification à la forme, sur le plan de la matière, nous permet d’expérimenter nos particularités, nos richesses personnelles et de les partager. L’idée de séparation est nécessaire simplement pour nous permettre de faire le chemin de la ré-union avec soi et l’autre.

3/ Je crois que quand le monde changera, je serai enfin heureux.

Aie! Croire cela entraine une douleur chronique!! Cela génère la volonté de changer le monde pour qu’il soit à l’image de ce que je veux qu’il soit pour que je sois heureux : Mission impossible, éreintante, qui fait passer par les états de Sauveur, Victime, Bourreau à tour de rôles… STOP !!

  • Soyez le changement que vous voulez voir dans le monde. C’est votre bonheur, votre Petit Soleil intérieure qui apportera d’autres vibrations plus légères et positives autour de vous. Nous avons le droit d’être heureux quoiqu’il se passe autour de nous.
  • Vous êtes celui que vous attendez. Autrement dit, vous êtes (à l’intérieure de vous) celui que vous espérez voir arriver de l’extérieure. Tout est déjà là en y regardant de plus prêt.

4/  Mon bonheur dépend du fait d’avoir raison : “je suis aimé… si j’ai raison”

Une des raisons qui fait s’accrocher à une opinion est de penser que “si nous avons tord, nous sommes un moins que rien, nul, pas aimable…” Pas du tout ! L’erreur est humaine et utile à notre ascension ! Une réflexion dépend toujours d’un postulat de base. Selon notre postulat, en effet nous avons raison. Mais l’autre aussi… selon son postulat de départ.

  • Pourquoi je tiens tant à ce que l’autre adhère à mon idée?
  • Et si je nous donnais le droit d’être en désaccord. Aimer n’est pas synonyme d’être d’accord avec l’autre.
  • Et si nous nous accordions le droit d’être en désaccord, nous serions d’accord même lors de nos désaccords.
  • Préférez-vous être heureux ou avoir raison?

Les croyances limitantes me dirigeaient, à présent je dirige mes pensées.

5/ Je délègue ma vie, comme cela je suis tranquille

Je délègue mes choix de vie à des personnes plus intelligentes que moi, plus adaptées que moi pour trouver des solutions, à des experts qui savent mieux que moi…

Relevez votre estime, la fausse humilité dessert au même titre que l’orgueil ! Faites confiance à vos ressentis. Vous avez bien évidemment les capacités de penser, de vous exprimer, d’agir par vous même!! Le monde d’expertise crée un monde de dépendance et de non autorisation tacite à vivre. Faut-il vraiment être un expert du chant pour chanter?  Faut-il vraiment être un danseur professionnel pour danser? Faut-il vraiment être un expert diplômé sur un sujet pour avoir le droit d’exprimer une opinion à ce sujet et de suivre son intuition à ce sujet?

Quand nous déléguons notre vie, nous ne sommes plus le maître à bord de notre navire. Tout est une question de mesure bien sûr…

  • La technologie fait à la place de mon corps physique : télécommandes, voitures, transports -> moins de sport, moins de mouvement… moins de santé.
  • La télé, les informations, les publicités pensent à la place de mon mental : moins d’espace de cerveau disponible pour l’opinion personnel.
  • Il est aussi possible de déléguer ses émotions : films, séries, vivre par procuration. Les films violents génèrent du stress, de la tension, avec un impact sur la santé. Avez-vous remarqué qu’à certains moments l’amplitude respiratoire est très restreinte dans ce contexte? Encore une fois, tout est une question de mesure et de choix personnel en toute conscience…

Nous avons un droit personnel et légitime sur notre pensée, notre mode d’apprentissage, notre santé, notre corps, notre liberté. Qui d’autre que nous même est réellement  en mesure de définir ce qui est bon pour nous?

La méditation, la respiration, la cohérence cardiaque, la psyhorésonance, la relation à la Nature

sont des moyens de voir clair en soi et en la vie.

6/ Je crois que je suis responsable de l’autre, de son plaisir, de son bonheur. Et que lui/elle est responsable du mien!!!

  • Faire plaisir ne veut pas dire aimer. Ce sont 2 énergies bien différentes.
  • C’est une des croyances les plus répandues, étouffantes et souffrantes.
  • Libérez-vous! Vous êtes le seul responsable de votre vie, en conséquence laissez aussi vos proches et les autres être responsables de leur vie.
  • Chacun à la capacité de faire briller son soleil ! Cela donne de la valeur à nos réalisations. Ensuite, c’est le bon temps pour rayonner et partager.

 

2) S’écouter pour se comprendre

Nous avons des croyances qui nous soutiennent, qui nous font grandir, c’est génial, gardons-les et remercions-les !!

D’autres formes pensées n’ont pas un impact positif sur la santé, sur nos rapports humains, sur la relation à soi, à l’estime de soi et aux autres.

S’écouter et s’observer équivaut à prendre une distance avec soi même. Analyser avec lucidité ses “formes pensées” et vérifier si elles sont en harmonie avec notre besoin, notre rêve/objectif. En changeant de focus, on prend conscience des patterns mentaux quotidiens pour mieux les transformer. Rappelons une chose importante : nous ne sommes pas nos pensées !!!

Nous ne sommes pas nos pensées, mais celles-ci modulent notre vie.

Certaines pensées/croyances vont être utiles et pertinentes à certains moments, mais il sera bon de s’en détacher plus tard. : “Il n’y a que les imbéciles qui ne changent pas d’avis.”

Voici quelques questions pour sonder vos croyances :

  • A quoi j’identifie cette croyance?
  • A qui appartient cette croyance, au départ?
  • Qu’est ce que je sens au fond de moi?
  • Est-ce que je suis sûr du bien fondé de cette idée?
  • Est-ce que cette croyance m’amène à me sentir réellement bien?

 

3 ) La formule magique

Les mots magiques ou les formules magiques sont des mots à haute valeur énergétique ou bien des mots qui contribuent à changer de fréquence, à modifier sa vibration. C’est comme si vous changiez de chaines : en passant de la chaine BFM à ARTE, vous vous sentez mieux 🙂 et cela vous va vous dé-chainer !! C’est une clé de liberté : sortir de ses chaines pour être soi-même, bouger et être dans la danse libre de la vie : ainsi, vous êtes enfin complètement déchainé(e) !!

  • “AUSSI QUAND” : L’utilisation du “aussi quand”, va changer votre vie. Insérez-le dans votre langage, pour transformer rapidement votre “forme pensée” et positiver le regard sur vous même. Par exemple, un ” Qu’est ce que je suis con” culpabilisant et rabaissant, devient ” oui, je m’aime aussi quand je ne suis pas adroit” humoristique, informant et bienveillant.
  • “POUR LE MOMENT” Pour lâcher prise dans la situation vécue, l’utilisation de ces termes d’acceptations ouvre une porte sur l’évolution de la situation. Par exemple : “Cette situation n’est pas facile pour moi, POUR LE MOMENT!”


En incorporant des formules magiques dans votre quotidien, l’âme agit…

La beauté est aussi dans le regard que l’on porte sur soi et sur l’extérieure. Nous sommes responsables de notre regard d’amour envers la vie et envers les situations que nous traversons. 

 

4) Reformulation et psychorésonance

Prendre conscience de votre ancien pattern, de votre croyance qui limite l’exploitation de vos capacités est la première étape de transformation. Pour répondre à votre besoin fondamental, vous pouvez formulez un nouveau pattern, un mantra personnel.

Par exemple :

“Je suis nul” -> “j’aurai pu utiliser mieux mes capacités”, “Je suis en processus d’apprentissage, je m’améliore”, “Je n’y suis pas arriver pour le moment, mais j’apprends, si d’autre l’on fait , je peux le faire.”, “je m’aime aussi dans cette situation”

Dans cette lignée, la psychorésonance est un outil de transformation par le son, la respiration, la voix. C’est un moyen pour se réaligner à ses intentions, après avoir éclairci les émotions et pensées limitantes. En psychorésonance, vous êtes à la fois l’émetteur et le récepteur direct de vos rêves et aspirations. Vous allez ancrer, à l’aide de la psychorésonance, votre aspiration/objectif d’une manière naturelle et agréable.

Cliquez ici pour en savoir plus : https://desmusiquespourguerir.com/psychoresonance/

Je souhaite clore cet article par une citation de circonstance, tirée du livre Envole-toi vers ta bonne étoile, de Thierry SchneiderLe bonheur est d’une simplicité désarmante. Le sourire d’un enfant représente le levier de l’Univers. 

(Visited 980 times, 3 visits today)