DE L’IMPORTANCE DE RESPIRER EN CONSCIENCE

« En te levant le matin, rappelle toi combien précieux est le privilège de vivre, de respirer, d’être heureux. » Marc Aurèle.

  1. Besoin de changer d’air
  2. Paroles et vibrations s’enregistrent
  3. La cohérence cardiaque : un mode respiratoire bienfaisant
  4. “Je respire en conscience”

1 ) BESOIN DE CHANGER D’AIR

Dans les situations problématiques et souffrantes, c’est notre capacité d’adaptation et nos qualités d’amour qui va nous aider à trouver des solutions et des actions justes, plutôt que de répéter des modes réactionnelles sans bon résultat à long terme. Avez-vous remarquer que les mêmes semences apportent les mêmes résultats? Donc pour vivre un changement, il va être nécessaire de s’ouvrir à autre chose, à une autre façon de penser, à d’autres possibilités d’actions, à de nouvelles façons de gérer ses émotions. En mettant plus d’amour pour soi dans les semences, il y aura plus d’amour dans la récolte. C’est la loi de cause à effet.

Respirer en conscience signifie tout simplement être attentif à sa respiration. C’est à dire être dans l’ici et maintenant, sentir les mouvements respiratoires, reconnaître les sensations corporelles provoquées par la respiration, laisser faire le corps dans son relâchement et son besoin de détente. Et si il y a des pensées inappropriées qui viennent (par ex : il faudra tout à l’heure que je fasse ceci, cela… ), et qui vous font sortir de votre connexion à vous même, et bien revenez simplement à la respiration et à vos sensations corporelles. Quand nos pensées et sensations sont en interaction avec ce qui se vit dans le corps et avec la respiration, il se produit un sentiment de détente important : c’est une façon de se régénérer.

Respiration et pensées positives font bon ménage !

Rester concentré avec des pensées de compassion, de pensées de pardon, des pensées de joie, de paix, etc, envers soi ou envers les autres, permet de développer ces aptitudes et d’améliorer les relations. Selon Babbage, Benvéniste, Montagnier, cela s’inscrit même dans la matière…

2 ) PAROLES ET VIBRATIONS S’ENREGISTRENT …

Charles Babbage (1791-1871) était un mathématicien, philosophe et inventeur britannique.

Il est reconnu comme étant l’inventeur de l’ordinateur mécanique.

Selon lui, l’atmosphère est un vaste réservoir de tout ce qui a été dit, et nous pourrions “remonter” le mouvement de chaque molécule d’air afin de recréer la voix de toutes les personnes ayant parlé par le passé. Nous sommes ici proche des découvertes de Benvéniste et du professeur Luc Montagnier sur la mémoire de l’eau, et la capacité de celle-ci d’enregistrer et de conserver l’information. Les molécules d’eaux étant présentes dans l’air, l’air transporte l’information également : les 2 découvertes se rejoignent et se confirment.

Extraits tirés du livre de Charles Babbage, Le Neuvième traité de Bridgewater. Un fragment, Londres : John Murray. 1827. 1ère édition, 240 p. Traduction de Nathalie de Blois.

DE L’IMPRESSION PERMANENTE DE NOS PAROLES ET DE NOS ACTIONS SUR LE GLOBE QUE NOUS HABITONS

Les vibrations de l’air, une fois mises en branle par la voix humaine, ne cessent pas d’exister avec les sons qu’elles engendrent. Aussi forts et audibles soient-ils dans l’environnement immédiat du locuteur au moment de leur émission, les sons s’atténuent rapidement pour devenir inaudibles à l’oreille humaine. L’impulsion imprimée aux particules d’une parties de notre atmosphère est communiquée à un nombre sans cesse croissant de particules, mais la quantité de mouvement mesurée dans une même direction demeure constante. Chaque atome perd autant de mouvement qu’il en donne, puis il en récupère des autres une partie qu’il retransmet à son tour.

Les ondes aériennes ainsi créées parcourent la surface de la terre et de l’océan, et en mois d’une vingtaine d’heures, chaque atome de l’atmosphère assimile ce mouvement modifié sous l’effet de la partie infinitésimale de l’impulsion primitive qui a été transmise par une multitude de canaux, et qui continuera d’influer sur sa trajectoire tout au long de son existence.

De ce point de vue, quel étrange chaos que cette atmosphère que nous inhalons! Perméable au bien comme au mal, chaque atome retient à la fois, mélangés de mille et une manières, l’impulsion que lui insufflent les philosophes et les sages, et tout ce qui existe de vil et d’indigne. L’air est une bibliothèque infinie où est consigné pour l’éternité tout ce que l’homme a jamais dit ou même susurré. Là, dans leur caractère changeable mais infaillible, mêlés aux premiers comme aux derniers soupirs de mortalité, sont à jamais enregistrés les voeux non réalisés et les promesses non tenues, perpétuant les mouvements coordonnés de chaque particule, témoignage de la volonté imprévisible de l’homme.

Ces extraits sont tirés du livre de Charles Babbage, Le Neuvième traité de Bridgewater. Un fragment, Londres : John Murray. 1827. 1ère édition, 240 p. Traduction de Nathalie de Blois.

Donc, d’une certaine façon, nos paroles et vibrations émises s’enregistrent dans l’atmosphère pour toujours.

Voilà qui résonne avec ce que Gandhi enseignait “Change toi, et tu changeras le monde” 

Même sans réalisation concrète ou sans “grande réalisation matérielle”, ce que nous sommes, ce que nous pensons, ce que nous traversons, ce que nous surmontons, tout cela demeurent dans l’immatériel, dans l’air. Et les êtres suivant peuvent s’y référencer. En nous aimant, en surmontant nos peurs, en devenant de plus en plus conscient et responsable, nous laissons une trace vibratoire positive dans l’univers pour l’éternité… Cet air est disponible pour tous. 

  •   –   –

L’artiste Rafael Lozano-Hemmer – à découvrir le plutôt possible 🙂 – est périodiquement présenté dans les plus prestigieux musées contemporains. Il s’est inspiré des traités de Babbage pour créer de magnifiques oeuvres, dont Babbage Nanopamphlets en 2015, ou encore Vicious circular breathing en 2013 (image ci-contre)

Ses oeuvres sont emplies de consciences, de messages, de poésies toujours nécessaires à entendre et partager !

  • –  –


3 ) LA COHÉRENCE CARDIAQUE : UN MODE RESPIRATOIRE BIENFAISANT

Il existe de nombreuses techniques respiratoires : la cohérence cardiaque, la respiration en carré, la respiration holotropique, les respirations des pranayamas… Certaines respirations favorisent l’équilibre, d’autres sont plus dynamisantes, d’autres encore entrainent des états modifiés de conscience.

Le mode respiratoire de la cohérence cardiaque est simplissime, efficatissime, agréable et discret à pratiquer. A ces 4 bonnes raisons de passer à la cohérence cardiaque, s’ajoutent une autre, non sans intérêt : il est possible de pratiquer la cohérence cardiaque et de bénéficier en même temps des bienfaits de la musique et d’outils musico-thérapeutiques. 

  • Musique et cohérence cardiaque agissent déjà chacune séparément sur le stress, le sommeil, la détente, le lâcher prise, les émotions, l’apprentissage, la concentration, la mémorisation…
  • La cohérence cardiaque renforce également le système immunitaire, réduit l’hypertension, le taux de cholestérol et de diabète, et augmente l’hormone de jouvence !

La recette ? 5 minutes de respiration 3 fois par jour, à raison de 6 respirations par minutes !

4 ) “JE RESPIRE EN CONSCIENCE”

Pratiquer la cohérence cardiaque avec guides auditifs permet de jouir en même temps des bienfaits de la cohérence cardiaque et de la musique. Voici les 5 premiers albums composés pour respirer en cohérence cardiaque par guides respiratoires auditifs, sonores et musicaux. Découvrez leurs spécificités adaptées à vos besoins. 

Ecoutez des extraits de Coeur symphonique, Coeur symphonique 432, Amplitude, Métamorphose et Caresse et commandez chaque album sur mon site : www.symphonies-interieures.com/musique

Découvrez certains guides auditifs sur ma chaine youtube : Symphonies Intérieures

Je vous souhaite de joyeuses respirations du coeur !!

Ps, Inscrivez vous sur le blog, pour recevoir des musiques de bien-être et découvrir les bienfaits de la musique !

Musicalmant, Anthony Doux

Mandalas : Nathalie Chappé

(Visited 61 times, 1 visits today)