3 astuces pour appliquer les bonnes résolutions

Aborder sereinement les bonnes résolutions

« Le plus grand voyageur n’est pas celui qui a fait dix fois le tour du monde, mais celui qui a fait une seule fois le tour de lui-même. » Gandhi

Nous nous souhaitons traditionnellement nos meilleurs voeux au commencement d’une nouvelle année civile et d’un nouveau cycle solaireTous nos espoirs sont dans l’année qui s’annonce : on projette de recevoir tous les bienfaits et bénéfices de l’année à venir, qu’elle nous apporte joie, amour, paix, santé et prospérité. Au fur et à mesure que l’on s’éloigne de l’année passée, prendre de la distance avec nos ratages et nos échecs du cycle précédent est nécessaire pour faire de la place à du meilleur. Au fond de nous, nous savons tous qu’il convient de changer des choses en profondeur pour que ce que l’on souhaite puisse se réaliser. C’est le moment de changer de peau, et de faire peau neuve.

Comme il est de tradition, c’est le cortège des bonnes résolutions : La farandole des objectifs que l’on se fixe afin de vivre mieux, d’être en bonne santé, d’arrêter les habitudes et comportements qui nous nuisent ou qui nous font souffrir. Souvent nos résolutions de début d’année sont ambitieuses… Au moment où nous les formulons, nous y croyons dur comme fer et parfois, grisé par les bulles de la soirée de réveillon, on espère décrocher la luneEn s’y engageant de tout cœur et à force de persévérance, nos bonnes intentions seront récompensées, mais il faut reconnaître que si elles ne sont pas suivies d’effet cela nous incombe. Si on est dans ce cas, on peut se questionner sur notre manière d’aborder les résolutions.


Aborde-t-on cette question de manière positive ?

La première question que l’on peut se poser est la formulation même de ses vœux et résolutions. Disons-nous une phrase qui contient une négation : « cette année j’arrête de… » ou « je ne ferais plus cela » ?
Ou abordons-nous cette question de manière plus positive : « cette année je choisis de… , cette année je “voeux” être, faire, avoir…» ?

La manière de formuler ses souhaits et résolutions est très importante car nos pensées émettent un champ vibratoire qui en retour influence notre cerveau. Insérer des négations dans ses résolutions revient à bloquer le processus ou favoriser le contraire de ce que l’on souhaite.

D’autre part nous pensons aussi que le résultat de notre résolution doit être immédiat. Dès le 1er janvier, comme par enchantement nous nous réveillons différents, comme si le passage à l’année suivante allait nous permettre de changer d’un seul coup. C’est oublier que le changement, même s’il peut être immédiat demande un processus de maturation, un processus de création.

Et qu’en est il de l’égo, du mental et de toutes les réactions émotionnelles. Prenons-nous en considération l’ensemble des paramètres et les différentes parties de nous-même qui peuvent s’associer à notre démarche afin que nos intentions aient toutes les chances de réussite.

Souvent avec ses bonnes résolutions, on se met trop la pression, car cela représente un défis de taille. Défis que nous ne sommes pas forcément en mesure de pouvoir relever en l’état. En cas d’échec, on sombre dans l’auto-flagellation, on perd la confiance en soi et le doute s’installe en nous sur la possibilité de se changer. C’est à ce moment que nous ressentons de la culpabilité vis à vis de soi pour ne pas avoir réussi. Petit à petit la peur de l’échec s’en mêle avec son pouvoir auto-limitant. C’est un cercle vicieux qui favorise la stagnation. Est-ce un cadeau à se faire que de commencer l’année par un échec, une dévalorisation de soi et une perte de confiance en ses capacités?

Il est possible de voir les choses autrement, et de pouvoir se donner des ailes plutôt que de foncer dans le mur !

Il est nécessaire de changer de paradigme, et de trouver une autre méthode pleine de joie et de motivation, source d’inspiration et d’ouverture !

Voilà 3 pistes pour aborder autrement cette question :

1) RESSENTIR

Prendre le temps de ressentir ce que cela fait, en soi : Y a t il de la joie? Quelles sont les résultantes? Personnellement, pour les proches, pour les autres, pour la planète? C’est une façon de nourrir d’énergie nos pensées, comme faire le plein d’un véhicule avant un voyage.

Nos pensées ont un impact non seulement sur notre état mental et psychologique mais aussi sur le physique, sur notre santé et sur la stimulation de notre corps et de notre cerveau. D’autre part, elles agissent aussi dans l’invisible, ce sont des ondes que l’on envoie à l’univers et qui nous reviennent, comme le pensent les scientifiques qui étudient la physique quantique et les anciens qui pratiquent les sagesses ancestrales de tous les continents. Nous sommes inter-reliés, nous créons notre réalité par la manière que l’on a de percevoir le monde.

Dans cette optique, nos bonnes résolutions agissent comme un appel de soutien à l’univers, comme une prière. Certains disent que la prière est une demande, mais en réalité, c’est également de se mettre en situation de réception, dans l’énergie et la joie de ce que l’on souhaite voir arriver. Ainsi on nourrit d’énergie cette pensée. Elle apparaît et devient présente dans la conscience puis ensuite, peut se matérialiser dans la réalité physique. Aussi, si on ne sait pas ce qui est bon pour nous, l’idée qui nous procure le plus de joie et de bien être sera certainement la bonne.

C’est cela qui nous est donné : de mettre en marche notre pouvoir créateur! A partir d’une pensée positive, s’installer dans un état de réception de ce que l’on projette, comme si c’était déjà là, avec les sensations, émotions et sentiments que cela nous procure. Profitons qu’il nous soit possible d’explorer, et d’imaginer comment on se sentirait une fois cette résolution réalisée et, de ce que l’atteinte de cet objectif aura comme résultante autour de nous, dans notre entourage proche et plus lointain, puis plus largement encore si c’est le cas pour la nature, la planète etc… Ainsi, on s’installe dans l’énergie de cette résolution et on se trouve de fait déjà dedans. C’est une manière de se « programmer » positivement à la réussite de sa résolution, et à son pouvoir de création. Car il est bon de se rappeler à quel point nous sommes créateurs de nos vies et de la manière dont on perçoit chaque événement qui nous arrive. Bien évidement quand il s’agit de s’installer dans une nouvelle dynamique de changement, il est nécessaire de faire preuve de patience et d’indulgence.

La musique et la respiration sont un soutien pour ressentir, pour visualiser et imaginer notre futur rêvé. Ecouter des musiques apaisantes, méditer, respirer en cohérence cardiaque aide à y voir clair et à développer notre intuition pour élaborer nos choix de vie. Pour changer de référentiel de vie, il est intéressant de changer de référentiel fréquentiel sur le plan sensoriel: en se synchronisant à d’autres fréquences, d’autres idées surviennent. Pour cela, préférez des musiques accordées au la 432 Hz, écoutez des musiques avec instruments acoustiques et fréquences sacrées, ronronhérapie, bruits blancs, respirez avec des guides auditifs pour bénéficier de la cohérence cardiaque et de son influence importante sur la santé.

2) SE DONNER LE DROIT

Autorisez-vous avec bienveillance de ne pas y arriver tout de suite : nous sommes en processus, en apprentissage. Nous avons besoin de temps. Il nous faut déjà desserrer le frein à main avant de pouvoir s’élancer. On a tous essayé de mettre en place des résolutions dès le 1er janvier, en y parvenant parfois, mais bien souvent on baisse les bras et laisse de côté ces bonnes intentions.

Alors pourquoi se rajouter une contrainte de temps ? Pourquoi penser que l’on peut changer du tout au tout, passé minuit dans la nuit du 31 décembre au 1er janvier? Cela nous ajoute une pression supplémentaire. Prenons le temps d’apprendre à nous aimer et à se regarder tel que l’on est, surtout dans nos aspects les moins reluisants. Prenons le temps de prendre conscience qu’il y a des choses à changer en nous.

Au moment où l’on se met à se résoudre de changer son mode de fonctionnement, se donner de l’amour et du respect va faciliter la tâche. Cela permet de capitaliser des points de confiance en soi et de ne pas se mettre en échec dès le commencement de l’année en visant des objectifs trop ambitieux.

Se donner de la bienveillance, se donner un temps cohérent pour réaliser ses besoins, laisser se dérouler le processus de manifestation tout en avançant pas à pas, sont des clés indispensables à la réalisation durable de nouveaux objectifs.

Se synchronisez avec la nature. Pourquoi traditionnellement faire nos vœux et entamer nos nouvelles résolutions à cette période du début de l’année? C’est le moment de l’année durant lequel les jours commencent à grandir petit à petit ; c’est le retour de la lumière. Regardons un instant les arbres. Après la période hivernale de maturation, il y aura une montée de sève, qui amènera le bourgeon à fleurir, puis cela donnera un fruit et une graine. S’identifier à la nature permet de s’inscrire dans le cycle solaire de la vie.
En retrouvant sa place dans ce cycle on est davantage soutenu par les énergies naturelles et leurs flux.

La volonté est le point de départ, mais celle ci à besoin de la force d’amour et de l’intelligence pour donner ses plus beaux fruits. Soyons conscient que c’est un processus complexe, un feu qui demande d’être entretenu et veillé afin qu’il puisse rayonner sa lumière dans nos vies.

3) ORGANISER ET AGIR

Agir par amour pour soi, en conscience.

Quand on s’installe dans une dynamique de changement, il est important de s’interroger sur la finalité. Pourquoi agit-on ? Qu’est ce qui nous met en mouvement pour que l’on essaye de mettre en place des bonnes résolutions ? Est-ce pour soi ou pour les autres ? Pour découvrir cela, il nous faut descendre dans son intériorité, regarder ses faiblesses et ses difficultés avec tendresse pour transformer son obscurité en lumière, ses problèmes en occasions de grandir.

Faire coïncider la mélodie avec le tempo. Suivant le moment, les bonnes intentions ne produisent pas forcément les effets souhaités. Il est intéressant de réfléchir à cette question du timing. Comment choisir les bons moments pour l’action? C’est ce que les grecs appellent Kairos. Kairos est le Dieu de l’opportunité. Il y a un temps durant lequel les choses sont favorables et peuvent nous sourire. A un autre moment, la même action peut avoir un effet très différent, voir inopportun.

Aller de l’intérieur vers l’extérieur. L’intention nait au plus profond de nous même pour aller se matérialiser ; c’est un processus digne de l’alchimie. La volonté vient d’une source au plus profond de nous même. C’est à nous de la faire jaillir afin d’irriguer nos actes. C’est se donner de l’eau au moulin en quelque sorte. Cela demande une grande volonté, mais ne doit pas être difficile : si on regarde derrière nous, tout ce qu’on a fait et appris depuis notre naissance (nos premier pas par exemple) ont demandé une grande volonté, essayons de retrouver cette même énergie et de s’animer par le désir de faire et la joie de découvrir.

Comme pour tout processus, le départ commence par une projection du mental vers l’action qui va enclencher un mouvement. Ensuite, avec l’action nait une impulsion qui doit être soutenue afin de porter une énergie sur un temps donné et permettre d’obtenir un résultat. Enfin quand les choses sont en marche et que le résultat est obtenu, l’énergie se relâche. Ainsi par son reflux elle se contracte afin de pouvoir être mis en mouvement pour un autre action. Ce temps est important car il est aussi celui de l’appréciation de ce qui vient d’être effectué.

Chaque acte, chaque geste suit un processus qui part d’une impulsion, puis est soutenu pour enfin se terminer et allez « mourir ». Intégrer ce cycle permet de porter un autre regard sur nos actes, cela aide à gérer ses ressources et l’énergie que l’on met dans l’accomplissement de nos aspirations. La notion de conscience est importante. Donner du sens à nos actes nous soutient pour retrouver le pouvoir de création de notre réalité.

“Ce qui compte, ce n’est pas le nombre d’heure que vous consacrez à vos activités, c’est l’énergie que vous y mettez.” Dan Millman, auteur de L’école de la vie. 

Ce que l’on vous souhaite pour cette nouvelle année :

Offrez vous le plus beau des cadeaux, connecter vous à votre être profond et à votre pouvoir créateur. Créez l’amour, la joie, la paix et l’abondance dans votre vie…

Que cette nouvelle année vous apporte ce qu’il y a de meilleur !

🙂

Cet article participe à l’évènement “Votre meilleure astuce pour appliquer vos bonnes résolutions” du blog Devenez meilleur. J’apprécie beaucoup ce blog, mon article préféré est celui-ci.

(Visited 259 times, 1 visits today)